Blanchiment d'argent

Pages: 9 (2056 mots) Publié le: 31 janvier 2011
Introduction
Au cours des dernières années, les trois quarts des gouvernements ont eu recours à la torture. Dans les postes de police et les prisons, dans les rues des grandes villes et dans les villages les plus reculés, les tortionnaires continuent de mener leur œuvre de destruction. Certaines de leurs victimes meurent après de terribles souffrances ; et pour celles qui survivent, rien ne seraplus jamais pareil. Si certaines cicatrices finissent par disparaître, le corps et l’esprit n’en restent pas moins profondément marqués. Les victimes – hommes, femmes ou enfants – sont des dissidentes, des suspectes ou des détenues de droit commun, des prisonnières et prisonniers politiques ou des personnes prises pour cible en raison de leur statut social, de leur identité ou de leursconvictions.
La torture est donc l'imposition volontaire de sévices d'ordre physique ou psychologique qui visent à faire souffrir un individu. Lorsque la torture accompagne l'exécution d'une condamnation à mort on parle plutôt de supplice, qui rend la mort longue et douloureuse sous forme de châtiment.
La torture est aussi un moyen employé pour obtenir des aveux ou terroriser des populations ou desorganisations, en ciblant des membres d'un groupe de personnes particulier, afin que les autres restent passifs de peur d'être victimes à leur tour. Les actes de torture produisent le plus souvent des séquelles physiques (ex : mutilations) et psychologiques (ex : traumatismes). Du point de vue du tortionnaire (ou bourreau), qui tient sa victime à sa merci, torturer peut répondre à des pulsions sadiquesou simplement s'inscrire dans la soumission à l'autorité (expérience de Milgram) ou encore un simple amusement.
La Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée le 10 décembre 1948 par l'ONU, est le premier texte international à déclarer illégale la torture, dans son article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ». Lesquatre Conventions de Genève adoptées en 1949 et leurs Protocoles additionnels (1977) prohibent la torture (qui ne s'identifie pas, malgré les ressemblances et les zones d'indiscernabilité, à la notion de « peine ou traitement cruel, inhumain ou dégradant »). D'autres textes internationaux ou régionaux l'ont, dans les années suivantes, interdite également. Le premier est la Convention européenne desdroits de l'homme, adoptée en 1951 par le Conseil de l'Europe, qui est le premier traité interdisant la torture (article 3).
Selon cette dite Convention des Nations unies contre la torture, le terme « torture » désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées aux fins notamment d'obtenir des renseignements ou des aveux, depunir, d'intimider ou de faire pression, ou pour toute autre raison liée à la discrimination. Ces douleurs et ces souffrances doivent par ailleurs être infligées par un agent de la fonction publique ou par toute autre personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite.
Comment se manifeste alors la dite torture et quels sont les organes chargés delutter contre elle ??
I-La Mise en œuvre de la torture
❖ Les méthodes de torture
Le passage à tabac est de loin la méthode de torture et de mauvais traitement le plus couramment employée à l’heure actuelle par les agents de l’Etat. Parmi les méthodes de torture et de mauvais traitement les plus fréquemment utilisées depuis 1997, on peut citer la torture à l’électricité, le viol et les sévicessexuels en détention, la suspension des victimes, les coups sur la plante des pieds, l’asphyxie partielle, les simulacres d’exécution et les menaces de mort, ainsi que l’isolement prolongé. L’immersion, les brûlures de cigarettes, les privations de sommeil et l’isolation sensorielle sont également des pratiques fréquentes, tout comme celle qui consiste à attacher la victime derrière une voiture...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Blanchiment d'argent
  • Blanchiment d'argent
  • blanchiment d'argent
  • Blanchiment d'argent
  • Le blanchiment d'argent
  • Le blanchiment d'argent
  • Blanchiment d'argent
  • Blanchiment d'argent

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !