Blason du sourcil, maurice scève

278 mots 2 pages
Le blason du sourcil 1536
Maurice Scève (1501-1564)

Maurice Scève a vécu à Lyon, c'est le chef de file de l'école lyonnaise. Cependant, son existence reste mal connue. Il participe à un concours de blasons organisée par Marot qu'il remporte avec Le blason du sourcil, il acquiert ainsi sa renommée.

Ce poème est donc l'éloge d'une partie du corps féminin, le sourcil, qui représente la femme elle-même. On retrouve le registre lyrique, un vocabulaire très laudatif et mélioratif, le champ lexical de l'achitecture, celui de la bataille, celui de la mort, celui de la lumière, ainsi qu'une présence implicite mais très forte de l'amour. « Sourcil » est personnifié, il est actif car sujet de verbes d'action et il est répété 10 fois, c'est une synecdoque de la femme aimée.

Le poète fait ressentir le plaisir mais aussi la souffrance qui émane du sourcil. C'est donc son rapport avec les femmes et l'amour qu'il décrit ici, un rapport beau mais qui a sa part de noirceur.

J'ai choisi ce poème car je trouve intéressant le genre du blason, cette façon de faire l'éloge de la femme en passant par une partie de son corps.

Je dois rajouter des mots pour insérer le document dans ce site, il manquerait ainsi une 50aine de mots, alors je blablate, désolée pour ceux qui liraient ce document. J'ai écrit cette fiche de lecture dans le cadre de la séquence de la Poésie en Français en 1ère, il peut vous être utile pour développer votre culture et le citer dans une dissertation ou à un

en relation

  • Le blason du sourcil maurice scève
    1276 mots | 6 pages
  • Misanthrope
    391 mots | 2 pages
  • Le blason de maurice scève
    804 mots | 4 pages
  • Commentaire
    622 mots | 3 pages
  • Maurice de scève
    523 mots | 3 pages
  • Anthologie préfacé : Le blason
    4519 mots | 19 pages
  • Maurice Scève
    278 mots | 2 pages
  • Commentaire texte 16eme siècle
    3042 mots | 13 pages
  • Ronsardmarie 1
    3360 mots | 14 pages
  • Question sur corpus - le blason de maurice scève
    516 mots | 3 pages