Carolingiens

1257 mots 6 pages
On fixe communément comme origine à la lignée carolingienne le mariage, vers 630, d'Ansegisel fils d'Arnoul de Metz et de Begge d'Andenne fille de Pépin de Landen qui scelle l'alliance entre la famille des Arnulfiens et celle des Pippinides. Ceux-ci ont un fils, Pépin de Herstal, lui-même père de Charles Martel et grand père de Pépin le Bref lequel deviendra le premier roi de la dynastie carolingienne le 28 juillet 754. Plusieurs historiens[4],[5] ont formulé l'hypothèse du rattachement d'Arnoul de Metz aux rois francs de Cologne, via Bodogisel, Mummolin et Mundéric.

Les Pippinides détiennent pendant plusieurs générations, la charge de maire du palais sous le règne des souverains mérovingiens d'Austrasie. Au fur et à mesure de la désagrégation du pouvoir de la dynastie mérovingienne, durant la période dite des « rois fainéants », les maires du palais pippinides accroissent leurs prérogatives : déjà Pépin de Herstal, puis Charles Martel dirigeaient de façon quasi autonome la politique du royaume, tels des souverains, mais sans le titre ; ainsi, ils nommaient les ducs et les comtes, négociaient les accords avec les pays voisins, dirigeaient l'armée, étendaient le territoire du royaume (notamment en Frise) et allaient même jusqu'à choisir le roi mérovingien.

La zone d'influence des Pippinides sera le territoire favori des Carolingiens : région de Liège (Herstal et Jupille), Aix-la-Chapelle et Cologne.
Le règne de Pépin le Bref, premier roi carolingien[modifier]

En 741, Charles Martel, maire du palais auprès des rois mérovingiens qui avait sauvé le royaume des francs, meurt. Il laisse deux fils : Carloman et Pépin. Se qualifiant de dux et princeps Francorum, duc et prince des Francs, ils vont assumer la fonction de maire du palais.

En 747, Carloman décide de se retirer du jeu politique, cédant sa place à son frère, en rejoignant un monastère de Lombardie. Quatre années plus tard, Pépin, cherche à obtenir l'appui de l'Église (du Pape) et de l'aristocratie.

en relation

  • Les carolingiens
    915 mots | 4 pages
  • Les carolingiens
    6616 mots | 27 pages
  • Les Carolingiens
    1041 mots | 5 pages
  • Carolingien
    1186 mots | 5 pages
  • Les carolingiens
    370 mots | 2 pages
  • Les Carolingiens
    1703 mots | 7 pages
  • Carolingiens
    1951 mots | 8 pages
  • Les carolingiens
    2134 mots | 9 pages
  • Les carolingiens
    439 mots | 2 pages
  • Les carolingiens
    6171 mots | 25 pages