Cas everland

Pages: 21 (5002 mots) Publié le: 23 février 2011
Alvaro Alice

Florent Benoit

Osama Bentaher

Florian Wehrlé

SOMMAIRE

|Diagnostic Externe et diagnostic interne |p.2 |
|Analyse externe |p.2 |
|Analyse swot|p.4 |
| |p.7 |
|Stratégie marketing de l’hôtel everland |p.6|
|Stratégie marketing |p.6 |
|objectifs |p.7 |
|le cœur de cible et les sources de volume|p.9 |
|Positionnement |p.10 |
|Le marketing mix everland |p.11 |
|La politique produit|p.11 |
|La politique prix |p.14 |
|La politique de distribution |P.15 |
|La communication|p.16 |

I. Diagnostic externe et diagnostic interne

A. Analyse externe :

➢ Présentation du marché de l’hôtellerie en France :

En terme d’offre, le marché actuel de l’hôtellerie est composé en grande majorité par deux types d’acteurs : les hôtels indépendants et les groupes (ou chaines)intégré(e)s. L’hôtellerie de chaine représente plus de 50% du marché, elle est dominée par les groupes Accor et Groupe du Louvre. L’autre moitié est composée d’hôtels indépendants.

Les chaines intégrées peuvent limiter leurs coûts par la création de services commerciaux communs notamment via des centrales d’achats et de réservations. De même, par leur grande taille, ces chaines bénéficientd’économies d’échelles lors de leurs investissements (par exemple l’équipement des hôtels en serveurs WIFI). Elles ont aussi la capacité d’investir lourdement en communication, ce qui leur permet d’avoir une couverture nationale, voire mondiale. Les indépendants peuvent difficilement rivaliser car ils ne disposent pas des mêmes ressources financières.

En ce qui concerne sa santé, le paysage hôtelierfrançais est en difficulté depuis le début des années 2000, mais tous les acteurs du marché ne sont pas à égalité. En effet, même si les hôtels économiques ont été durement touchés par la crise de 2008, les hôtels 3 étoiles et plus progressent. Enfin la crise a principalement touché l’hôtellerie indépendante puisqu’elle a perdu 2,7% de sa capacité d’accueil (soit 11 000 chambres).

Le tourisme estglobalement en baisse, qu’il s’agisse du tourisme d’agrément ou du tourisme d’affaires, les clients étant moins enclins à voyager étant donné le contexte économique maussade. De plus les entreprises ont aussi réduit leur nombre de séminaires et réunions, ce qui représente un manque à gagner pour l’industrie hôtelière. En conséquence, le taux d’occupation des hôtels à subit une baisse de 4%...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Everland
  • Cas cas
  • casses
  • Un cas
  • Le Cas
  • Cas m&s
  • Cas n
  • Cas N&D

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !