Cas Hydro Québec DSR2010

2652 mots 11 pages
Analyse de cas Hydro-Québec
1. Identification du problème
Depuis la crise du verglas qui a attaqué le Québec du 5 au 9 janvier 1998 et qui a privé d’électricité plus de 3 millions de clients d’Hydro-Québec sous les conditions extrêmes, en plus de causer la mort de 25 personnes, Hydro-Québec a dû prendre des mesures d’urgence afin de régler la situation, et s’assurer qu’une telle situation affectant le réseau électrique n’arrive plus. C’est pour cela qu’un plan d’action de plusieurs millions de dollars fut mis en place et exécuté par Gérard Lachance.
Le problème apparent est la gestion d’une panne majeure en cas de désastres naturels et de la façon dont Hydro-Québec a réagi à la première attaque, ainsi que la façon de s’y prendre afin de minimiser les dégâts en cas d’une future tempête majeure. C’est pour cette raison qu’ils ont créé un plan d’urgence, nommé ‘’projet de bouclage’’ afin qu’une telle panne n’arrive plus. Soustrait aux vérifications du Bureau d’Audience Publique sur l’Environnement (BAPE), Hydro-Québec put enfin commencer la construction de la Phase 1 afin que le projet puisse prendre jour. Par contre, malgré la satisfaction de 97% de la population face à la gestion de crise d’Hydro-Québec, ce nouveau projet de construction ne fait pas que des heureux.
Le problème de fond est la réaction des citoyens de Val Saint-François ainsi que des médias vis-à-vis au projet d’Hydro-Québec pour sécuriser le réseau électrique. Malgré l’urgence de la situation afin d’éviter une autre catastrophe extrême, les citoyens devront malheureusement faire des concessions, car le terrain de plusieurs clients sera touché lors de l’implantation du projet de bouclage, et cela fait beaucoup d’insatisfaits dans la région. La Coalition des citoyens et citoyennes du Val Saint-François s’opposa fermement au projet Phase 1, car ils seront fortement touchés dû à l’emplacement de leur propriété sur le plan de construction.
2. Opportunité et menaces + les principales parties

en relation

  • Dsr2010
    1422 mots | 6 pages
  • Éthique
    4084 mots | 17 pages
  • DSR2010
    4441 mots | 18 pages