Cas pratique sur la preuve

1394 mots 6 pages
Toujours au fait des dernières tendances, votre amie Laura Lapelle est depuis peu passionnée par la décoration, au point de vouloir refaire entièrement celle de la cuisine et du salon de son appartement. Elle a contacté un illustre décorateur, Maxime Istaigain, qu'elle a découvert grâce à un article dans le magazine "Elucubration et décoration". Sa rencontre avec ce professionnel renommé a suscité chez elle tant d'enthousiasme qu'elle lui a laissé carte blanche. En septembre 2007, elle est ainsi partie une semaine en vacances pendant que Maxime s'occupait des travaux. A son retour, une mauvaise surprise l'attendait: si le décorateur s'était bien occupé de la cuisine, il avait toutefois refait la décoration de la salle de bain en lieu et place du salon. Non seulement sa salle de bain a été entièrement repeinte d'un affreux vert bouteille, mais elle est en outre envahie par un jacuzzi, alors que Laura - sensibilisée par l'économie des ressources naturelles - ne prend que des douches.

Fort mécontente Laura souhaite agir en responsabilité contre Maxime. Mais ce dernier prétend que le contrat conclu avec Laura avait bien pour objet la décoration de la cuisine et de la SDB. Mais il n'existe malheureusement aucune trace écrite de ce contrat. Laura possède toutefois l'original d'une lettre qu'elle avait envoyée en recommandé à Maxime avant le début des travaux. Elle avait adressé cette lettre avec son règlement de la facture d'un montant de 12755€. Si cette facture ne mentionnait rien d'autre que "travaux de décoration", Laura remerciait dans sa lettre le décorateur de lui faire l'honneur de s'occuper de la décoration de sa cuisine et de son salon. Elle considère ainsi que cette lettre permettrait de convaincre le juge que Maxime n'a pas correctement exécuté ses obligations et qu'il doit réparer le préjudice causé. Laura a même plus d'un tour dans son sac: elle a conservé le SMS que lui avait envoyé Maxime juste après le paiement de la facture. Son contenu permet, selon

en relation

  • Cas pratique : La preuve
    2195 mots | 9 pages
  • Cas pratique preuve
    547 mots | 3 pages
  • Cas pratique preuve
    2206 mots | 9 pages
  • Cas pratique sur la preuve
    392 mots | 2 pages
  • Cas pratique- droit de la preuve
    1572 mots | 7 pages
  • Cas pratique sur la charge de la preuve
    968 mots | 4 pages
  • Cas pratique, preuve des droits subjectifs
    609 mots | 3 pages
  • L’intérêt pratique de la distinction acte de commerce et actes civils.
    1996 mots | 8 pages
  • La vie estudiantine
    3406 mots | 14 pages
  • méthodologie de cas pratique
    1699 mots | 7 pages