Ccommentaire "jaurès et l'émancipation sociale des travailleurs"

3678 mots 15 pages
Commentaire de texte
« Jaurès et l’émancipation sociale des travailleurs »

Le texte soumis à notre étude est un extrait du discours de jean Jaurès à la chambre des députés. Cette conférence est retranscrite dans le Journal Officiel. Celui-ci apparaît en 1848, et se voit attribuer le monopole de la publication des Lois et des Décrets.
Jean Jaurès a alors 34 ans (il est né le 3 septembre 1859 à Castres). Normalien, agrégé de philosophie, il est issu d’une famille de la petite bourgeoisie tarnaise. Il s’engage dans la politique en 1881 et est élu député centre gauche en 1885 : de son propre aveu, il ignore encore tout du socialisme, qu’il découvre alors et pour lequel il se passionne. En 1889, victime du scrutin de circonscription, il n’est pas réélu : professeur à l’université de Toulouse, il se consacre, quatre années durant, à l’étude des premières manifestations du socialisme allemand dans la philosophie. Le 20 janvier 1893, élu député du Tarn dans la circonscription de Carmaux, il a achevé sa radicalisation et est devenu un socialiste engagé. Moins d’un an après, le 21 novembre 1893, il prononce un discours devant la Chambre des députés. Ce discours a une double fonction : la réponse à une déclaration du Président du Conseil Charles Dupuy, véritable déclaration de guerre au socialisme, sert en fait d’occasion pour développer un véritable manifeste de ce mouvement politique.
Bien que le discours soit lu à la Chambre il ne fait nul doute que, au-delà des députés, Jean Jaurès s’adresse avant tout aux Français : non seulement les journalistes ou notables locaux qui liront la retranscription dans le Journal officiel, mais aussi la frange assez large de la population qui, dans toute la France, lira les journaux.
Population qui doit faire face dans le siècle du libéralisme économique à la marchandisation de la force de travail. L’industrialisation a donné naissance à une masse d’individus égaux non différenciés dont le salaire est dorénavant soumis aux

en relation