cddc

1313 mots 6 pages
Normalement, la qualification de loi interprétative découle d'une disposition expresse de la loi elle-même. Mais, quoi qu'il en soit, la jurisprudence contemporaine ne reconnaît une loi comme interprétative qu'autant que cette « loi se borne à reconnaître, sans rien innover, un droit préexistant qu'une définition a rendu susceptible de controverses »8.jurisprudence du Conseil constitutionnel encadre de plus en plus strictement les lois rétroactives (lois de validation et lois interprétatives) 9.

En particulier, une telle loi ne doit pas mettre en cause les décisions juridictionnelles passées en force de chose jugée10 et doit répondre à un but d'intérêt général suffisant11.

De plus, la Convention européenne des droits de l'homme s'oppose, sauf pour d'impérieux motifs d'intérêt général, à l'ingérence du législateur, par de telles lois rétroactives, dans les litiges en cours de jugement12.
Lois et contrats

Les effets et les conditions des contrats conclus antérieurement à la loi nouvelle, même s'ils se réalisent postérieurement à son entrée en vigueur, demeurent en principe régis par la loi sous l'empire de laquelle ces contrats ont été passés13.

Cependant cette survie de la loi ancienne, en matière contractuelle, est cantonnée par la notion d'effets légaux du contrat. La loi nouvelle postérieure à la conclusion du contrat régit les effets spécialement attachés par la loi à un contrat en cours14. Il ne s'agit plus de la situation contractuelle (où

Rétroactivité en droit français Cet article ou cette section concernant le droit doit être recyclé.
Une réorganisation et une clarification du contenu est nécessaire. Discutez des points à améliorer en page de discussion.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rétroactivité.

« L’office de la loi est de régler l’avenir ; le passé n’est plus en son pouvoir. Partout où la rétroactivité serait admise, non seulement la sûreté n’existerait plus, mais son ombre même. » « Que

en relation

  • Baudelaire - a une passante
    2755 mots | 12 pages
  • Baudelaire, les fleurs du mal
    1166 mots | 5 pages
  • Un roi sans divértissement
    2777 mots | 12 pages
  • charles péguy
    293 mots | 2 pages
  • intro commentaire sur le sonnet V de "l'olive" de Du Bellay, 1549
    293 mots | 2 pages
  • Analyse théorique ma bohème
    343 mots | 2 pages
  • Poesie
    344 mots | 2 pages
  • Commentaire composé : "a une passante" de charles baudelaire
    442 mots | 2 pages
  • Correspondances de baudelaire
    486 mots | 2 pages
  • Ma bohème, Rimbaud
    496 mots | 2 pages