CE NOtre Dame de Kreisker

2603 mots 11 pages
Au sein de l’administration française, une autorité administrative peut édicter des actes unilatéraux, quels que soient leurs portées ou leurs valeurs juridiques. Parmi ces actes existent les circulaires qui ont une portée générale ou du moins assez large dans le service. Ils ont une force obligatoire à l’égard des agents du service, mais n’ont pas d’effet juridique direct auprès des administrés et ne leur font ainsi pas grief. En principe, il est aisé de déterminer si un acte produit ou non des effets juridiques. L’arrêt CE 10 juillet 1995, Syndicat des embouteilleurs de France considère que l'arrêté de police municipale a un caractère exécutoire et fait grief, tandis que la lettre de l'administration à un administré rappelant l'état du droit existant ne bouleverse pas l'ordre juridique et n’est ainsi pas susceptible de recours pour excès de pouvoir.

En l’espèce, le 11 janvier 1950, le ministre de l’Education nationale émet une circulaire, relative à l’application de la loi Falloux de 1850, qui soumet à l’avis préalable du Conseil supérieur de l’Education nationale toutes les demandes de subvention qui sont adressées par les établissements d’enseignement secondaire à des collectivités territoriales et qui impose la signature d’un engagement entraînant un contrôle administratif et pédagogique de l’établissement. Cette circulaire précise donc les conditions à remplir pour pouvoir obtenir une éventuelle subvention, alors même que ces conditions n’étaient formulées par aucune loi. Le 25 février 1950, le sous-préfet de Morlaix exige alors dans une lettre que le dossier de demande de subvention de l’Institution Notre-Dame du Kreisker soit constitué conformément aux prescriptions de la circulaire du ministre de l’Education nationale. Ladite institution, représentée par son directeur en exercice, souhaite faire annuler la décision du sous-préfet du 25 février 1950 pour excès de pouvoir, au motif que le pouvoir de prendre une décision définitive sur lesdites demandes

en relation

  • Commentaire droit adm les circulaires
    1631 mots | 7 pages
  • Les conséquences de la jurisprudence duvignères sur les circulaires
    1732 mots | 7 pages
  • Commentaire arret ifop
    1527 mots | 7 pages
  • Commentaire arret duvignères
    4229 mots | 17 pages
  • Duvignères
    2506 mots | 11 pages
  • Les limites du principe de légalité
    2222 mots | 9 pages
  • Hello
    287 mots | 2 pages
  • Ce, duvignère
    1959 mots | 8 pages
  • Droit Administratif L2S2 Circulaires et directives
    1942 mots | 8 pages
  • Les circulaires administratives
    1729 mots | 7 pages