« Ce qu’on appelle échec, ce n’est pas la chute, mais bien le fait de ne pas se relever. »

Pages: 5 (1214 mots) Publié le: 9 octobre 2012
Delperdange 17/11/11
Zoé
5F
Dissertation française
« Ce qu’on appelle échec, ce n’est pas la chute, mais bien le fait de ne pas se relever. »
(Mary PICKFORD)
Tout être humain, dans sa vie, rencontre des obstacles et doit les affronter. L’évolution denotre monde s’est faite grâce aux chutes de nos ancêtres sans lesquelles on n’aurait pu avancer et être là où on en est aujourd’hui. C’est le cas dans tous les domaines, aussi bien en médecine, pour, par exemple, trouver des vaccins. Sans les échecs des savants de l’époque, ceux d’aujourd’hui n’auraient pas trouvé les vaccins que l’on connait contre toutes sortes de maladies. C’est aussi le cas enpolitique, sans les erreurs de nos anciens rois ou ministres, le roi et les ministres d’aujourd’hui n’auraient pas la possibilité de ne pas faire les mêmes erreurs que dans le passé et ainsi d’éviter de rechuter.  Les échecs sont source de toute connaissance sur Terre. Comparable à des leviers, c’est eux qui ont permis l’existence des plus brillantes découvertes pour l’humanité telle quel’imprimerie. Qui aurait cru que Gutenberg arriverait à ses fins ? Personne.  Il est donc utile de rencontrer des échecs dans sa vie pour pouvoir avancer et évoluer mais il faut, évidemment, avoir le courage et la force de se relever, et dans ce cas là, ce n’est pas un échec mais une expérience de la vie.

Tout d’abord, le fait de se relever prouve que l’on veut avancer et que l’on n’abandonne pas.L’échec n’a alors plus le même poids sur nos épaules s’il nous mène à la victoire. Lors d’une révolution, le peuple qui se révolte ne doit pas abandonner et doit y croire jusqu’au bout pour y arriver. Il rencontre des obstacles sur son chemin car, une révolution n’est pas simple, mais il continue pour arriver à son but, à ce pour quoi il se révolte. Par exemple, en Libye, les citoyens se sont battusjusqu’au bout et ils sont arrivés à leur fin, ils ont gagné. Malgré le nombre de morts parmi les manifestants, la population a continué de se battre et de croire que la libération de leur pays était possible, qu’il n était pas illusoire de faire tomber Kadhafi, d’avoir un meilleur respect des droits de l’homme et d’obtenir plus de liberté et de démocratie. Après plus de 8 mois de combats et derévolutions, ils y sont parvenus, ils ont libéré leur pays de la tyrannie de Kadhafi. Mais ils auraient pu abandonner, se dire que ça ne valait pas la peine d’avoir autant de morts puisque, de toutes façons, ils n’y arriveraient pas. En abandonnant, aujourd’hui, ils seraient toujours sous le joug de leur tyran. Comme a dit un anonyme, « Quand on veut, on peut. ». Essayer encore et encore peut permettrel’accomplissement de choses inimaginables.

Ensuite, la chute permet d’apprendre de ses erreurs et de ne plus refaire les mêmes pas la suite. Un alcoolique qui décide de se faire aider gravit déjà une première étape de la longue épreuve qui l’attend. Il faut surtout qu’il ne replonge pas, même pour « un petit verre ». Ce sera chaque fois plus difficile d’arrêter de boire. L’échec n’est constructif ques’il permet d’apprendre une leçon de celui-ci. L’ancien alcoolique peut décider d’aider les gens qui ont le même problème et ainsi il montre qu’il a vraiment appris de ses erreurs. On peut prendre l’exemple de Rowland Hazard, fondateur des «  Alcooliques Anonymes ». Cet américain a d’abord été lui-même alcoolique avant de fonder son association. Il a consulté le docteur Carl Gustav Jung qui l’asoigné pendant un an, après quoi, il a eu une rechute. Le docteur a refusé de renouveler le traitement et lui a conseillé de vivre une expérience capable de le remotiver. Rowland Hazard a alors adhéré au « groupe d’Oxford », qui est un courant théologique anglais, et il s’est rétabli. Ensuite, il a consacré sa vie à aider les alcooliques et, avec un ami, a fondé son association (AA)....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'échec ce n'est la chute, mais le fait de ne pas se relever
  • Ce n'est pas avec des idées qu'on fait des vers, c'est avec des mots
  • Bien fait
  • Tout ce qu'on appelle amour
  • Bien fait
  • Le mensonge n’est un vice que quand il fait du mal ; c’est une grande vertu quand il fait du bien
  • « Le mensonge n’est un vice que quand il fait du mal. C’est une très grande vertu quand il fait du bien. » (Voltaire)
  • Manger n'est pas bien

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !