Ce qu'on apprend au milieu des fléaux, c'est qu'il y a chez l'homme plus de choses à admirer qu'à mépriser

Pages: 4 (882 mots) Publié le: 1 mai 2013
"Ce qu'on apprend au milieu des fléaux, c'est qu'il y a chez l'homme plus de choses à admirer qu'à mépriser" Albert Camus


C’est sur cette affirmation qu’est basée l’œuvre la peste de Camusmais est-ce que l’homme non doté de la bonté est né foncièrement méchant ou comme on le voudrait penser, a acquis ce caractère au fil de sa vie? Par le texte suivant, je tenterai de trouver des réponsesen me basant sur des faits en abordant d’abord les côtés les plus sombres de l’homme par ses défauts que ce soit l’égoïsme ou l’inhumanité puis les côtés positifs avec la solidarité et l’amour deshommes.
Si l’homme possède sans aucun doutes des qualités, la première chose qu’on remarque chez lui est son égoïsme. En effet, comment peut-on admirer l’Homme si celui-ci passe son temps à affirmer laprééminence de la matérialité au lieu de se préoccuper de la souffrance d’autrui. Si l’on vous demandait, que choisiriez-vous entre la possibilité de faire un voyage et celle de vacciner une dizainede petits africains? Il reste encore des gens capable de préférer la deuxième proposition mais beaucoup d’entre eux le dirait mais ne le ferait pas. Un exemple concret me vient à l’esprit, celui del’entreprise Apple qui emploie des gens sous-payés qui ont tellement d’Iphone et d’Itouch à produire que certains craquent sous la pression et se suicident. Et pourquoi stressent-ils autant, toutsimplement parce que les pays développés et riches comme les européens en ont désormais un besoin viscéral que ce soit par effet de mode que pour le travail.
Et de l’égoïsme peut découler des autrescaractères encore bien plus déplaisant tels que la haine, l’indifférence,…Des défauts qui nous pousse à nous demander si l’humanité à de l’avenir. Si je vous rappellait le malheureux épisode historique quifut déclenché en une élection en 1933! 14 millions d’allemands ont démocratiquement élu le führer cette année là…Alors qu’en 1925, il avait publié « Mein Kampf », ce livre, ce chiffon, ce tissu...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !