Cgrh

Pages: 2 (296 mots) Publié le: 24 octobre 2012
La société de consommation actuelle nous pousse à acheter en nous affirmant que nous deviendrons heureux.
On désir toujours l'obtention d'un objet. On pense qu'en lepossédant on deviendra heureux. Mais une fois l'objet entre nos mains, le plaisir passe et on souhaite acquérir autre chose, en se disant que cette fois on ne voudra rien après.Mais ces désirs matériels ne nous feront jamais accéder au bonheur.
Jean Jacques Rousseau disait qu'au bout d'un moment nos désirs devenaient supérieurs à notre capacitéque cela nous empêchait d'être heureux, et qu'il fallait donc mettre en accord nos désirs avec notre pouvoir, soit désirer ce qu'il nous est accessible.
Mais il y a desphilosophes qui pensent que le bonheur est inaccessible à l'Homme, comme les fatalistes, les déterministes ou encore les sceptiques.
Le mot fatalisme vient de fatum qui signifiefatal.
Pour les fatalistes on ne peut pas modifier le destin "si un Homme est malade et que son destin est de mourir, qu'on fasse venir ou non le médecin, il mourra.Pareillement si un Homme est malade et que son destin est de guérir, qu'on fasse venir ou non le médecin, il guérira. Dans les deux cas il ne sert à riens de faire venir lemédecin."
Pour les déterministes, il y a aussi le destin qui est une force incontrôlable et surnaturelle, mais on pourrait, en modifiant les causes, changer le destin.
Quand auxsceptiques, ils pensent entre autre que l'Homme ne peut pas atteindre le bonheur ni connaître la vérité.
Mais on peut demander si ce qu'ils pensent est justifié, car parexemple quand on dit "je me suis trompée", c'est que l'on a une idée de la vérité. Par conséquent la vérité serait accessible à l'Homme, alors pourquoi pas le bonheur ?
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cgrh
  • Cgrh
  • CGRH
  • Cgrh
  • Cgrh
  • Cgrh
  • Cgrh
  • Cgrh

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !