Charavines-les-baigneurs village lacustre néolithique

2312 mots 10 pages
Charavines-les-Baigneurs
Village lacustre néolithique

Introduction :

Le lac de Paladru se situe dans les Alpes septentrionales, à 495 mètres d’altitude et à 40km au nord-ouest de Grenoble. Grâce à la fluctuation du niveau de l’eau, du à une origine glaciaire, on trouve sur la rive des terrasses qui ont constituées des terres favorables à l’implantation des hommes du néolithique final. Le néolithique, (terme inventé en 1865 par le préhistorien John Lubbock à partir de néo- : nouveau et lithos- : pierre) est la dernière période de la préhistoire, à laquelle succède la protohistoire. Le néolithique de l’Europe occidentale débute vers 5000 et s’achève vers 2500 av. JC mais ces dates varient avec les sites. (Jéricho, ville la plus ancienne du néolithique v.8000 à 7000 av. JC). Ici nous nous intéressons à un site lacustre, le village de Charavines au lac de Paldru. Des fouilles ont été entreprises en 1972 jusqu’en 1986 par méthode subaquatique, car en effet le site est aujourd’hui submergé, sur 450 m². En l’absence de fouilles similaires dans les Alpes françaises, l’étude de ce site est l’illustration et le modèle des villages néolithiques alpins. Nous allons donc voire comment s’organisait un village néolithique dans un milieu lacustre et comment à partir de débris peut-on préciser la segmentation de l’espace intérieur et ses évolutions ?

I Les villages lacustres : 1) L’environnement favorable :

En effet le lac apporte nourriture, eau et nombreux végétaux disponible pour le peuple s‘établissant dans cette environnement. Le lac regorge d’animaux marins, qu’il suffit de pêcher pour s’alimenter. L’eau du lac permet de faire boire la population et les animaux élever. Les terres à proximité sont favorables pour l’agriculture : fruit, fibre végétal, de céréales tel que l’orge, le pavot, le lin. Souvent entouré d’une forêt dont les habitants s’avaient profiter de ces abondantes ressources pour améliorer les produits d’une agriculture assez primitive

en relation

  • dissertation
    920 mots | 4 pages