Charles

Pages: 7 (1604 mots) Publié le: 9 octobre 2012
I. La monnaie à l'origine de la société marchande

A. La monnaie, condition de la division du travail

1. Avant la monnaie : le troc

Dans une économie de troc on pourra échanger sa production contre celle d'un autre. Un pêcheur pourra échanger 100 truites contre le cheval d'un éleveur, ainsi l'éleveur pourra manger du poisson sans le pêcher ; le pêcheur pourra voyager sans devoirélever un cheval. La truite sera donc un équivalent simple, c'est-à-dire une marchandise qui exprime la valeur d'une autre marchandise. Mais le forgeron ne voudra peut être pas échanger son marteau contre des truites.

En effet pour que l'échange puisse avoir lieu il faut une double coïncidence des besoins : le forgeron doit avoir besoin de truites alors que le pêcheur a besoin d'un marteau. Ladouble coïncidence des besoins constitue un obstacle au développement des échanges, il faudra donc avoir recours à un bien intermédiaire accepté par le plus grand nombre.
Ce bien intermédiaire là (ex : l'or, le coquillage) ne sera pas utile à la consommation mais servira à échanger contre un bien souhaité car il permet d'établir un rapport d'échange avec toutes les marchandises. Cette propriété faitde lui un équivalent général, et si l'équivalent général est accepté par tous comme instrument de paiement, alors on l'appellera monnaie.
2. Mettre fin au problème de double coïncidence des besoins

Du troc à la monnaie

Ainsi, la monnaie assure un rôle de lien social car elle résulte de la convention selon laquelle tous l'accepteront pour paiement, et qu'elle concourt à la cohésion entreles coéchangistes. Passant outre le problème de double coïncidence des besoins, elle rend les échanges plus facile.

La confiance en la monnaie permet à chacun de pouvoir produire plus qu'il ne lui est nécessaire en étant certain que la vente de son surplus lui permettra d'acquérir des biens ou services dont il a besoin mais qu'il ne produit pas lui-même. Le troc n'a jamais garanti l'accès auxcommodités désirées, les sociétés basées sur le troc sont donc des sociétés qui ne se développent jamais (sociétés stationnaires) dans lesquelles chacun pratique l'auto-consommation sans dégager de surplus. Si les hommes ne pouvaient trouver un bien capable de conserver de la valeur alors ils ne pouvaient faire de prévisions à long terme donc pas d'investissement possible, ce qui confirme bienl'impossible développement des sociétés basées sur le troc.

Le choix pour chaque individu de se spécialiser dans une activité afin de vendre le produit de son travail et de s'acheter ce dont il a besoin implique donc d'aller au-delà du troc. L'existence d'une monnaie est donc la condition nécessaire de la division du travail et la division du travail implique que chacun puisse satisfaire ses besoinspar l'échange du produit de son travail contre le produit du travail d'un autre avec l'intermédiaire monétaire qui permet de passer outre la double coïncidence des besoins. La société marchande est née.

3. La monnaie, fruit de l'effort

Rearden entendit Bertram Scudder, à l’extérieur du groupe, dire à une fille montrant quelques signes d’indignation, « Ne le laisse pas te perturber. Tusais, l’argent est la racine de tous nos maux et lui est exactement le symbole typique de l’argent.

Rearden ne pensa pas que Francisco avait pu entendre cela, mais il le vit se retourner vers eux avec un sourire solennellement courtois.

« Donc vous pensez que l’argent est la racine de tous les maux ? » dit Francisco d’Aconia. « Ne vous êtes vous jamais demandé quelle était la racine del’argent ? L’argent est un moyen d’échange, lequel ne peut exister si il n’y a pas de biens produits et les hommes capables de les produire. L’argent est la forme matérielle du principe qui veut que les hommes qui désirent traiter entre eux doivent le faire par l’échange et donner une valeur contre une autre valeur. L’argent n’est pas l’outil des fainéants larmoyants qui réclament votre produit par...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • charles
  • charles
  • Charles
  • Charles
  • Charles
  • charle
  • charles
  • Charles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !