Cincalli

Pages: 5 (1149 mots) Publié le: 14 mai 2013
|

CARNET CULTUREL. |
CINCALI |
|
QUESTIONNAIRE n°3 : La pièce. |
|
KAYISHIMIRE Vesine. |
22/04/2013 |
|

CARNET CULTUREL.
Théâtre : La pièce.
1.

2. Les auteurs sont Mario PERROTTA et Nicola BONAZZI. Ils sont tous deux de nationalité italienne. Ce premier, diplômé de l’école Colli de Bologne, fonde la compagnie « l’Argine » en collaboration avec Nicola etplusieurs autres Jeunes diplômés. La volonté de la compagnie est de créer un théâtre ouvert et accessible, un théâtre qui soit un besoin de l’homme et à travers lequel celui-ci s’exprime et partage ses opinions.
C’est pour cela que Mario parti à la recherche des histoires de son pays et particulièrement celles concernant l’émigration. C’est ainsi que naît Italiani Cincali co-écrit avec Mr. BINAZZI.Qui pris une très grande ampleur.

3. La pièce a été interprétée par Hervé Guerrisi qui la traduit et adapter en y ajoutant son histoire. Hervé a grandi sans jamais entendre parler de ses origines. Ce n’est que par après qu’il découvrit qu’il était petit fils d’un mineur Italien. Après cela il voulut en savoir plus sur ses origines donc il entamât un voyage au sud de l’Italie. Il prit descours intensifs d’italien et apprit cette langue en 10 JOURS. Arrivé dans son village d’origine, ce jeune homme fût conduit vers un vieil homme ‘’Le facteur’’. Ce-dernier connaissait toute l’histoire de la déportation des Italiens.
« J’avais 16 ans à l’époque, on m’avait choisi pour être le facteur car j’étais le seul qui savait lire et écrire dans le village.
Nous étions dans une période degrande pauvreté ce qui a fait que le moment où la Belgique a envoyé des propositions d’emplois pour les mines, avec ‘’de bons salaires, des logements confortables, le trajet pour la Belgique pris en main par celle-ci’’ a réjoui le cœur de tout le village. Donc quelques temps après il n’y avait plus que les femmes, les enfants et les vieillards (en incluant le facteur) dans le village. Mais ce que laBelgique n’avait pas précisé c’est que les hommes seraient utilisés comme de la marchandise. Déjà pour le trajet allé ils ont été EMPACTÉS dans les wagons de trains. Puis arrivé en Belgique, ils logeaient en promiscuité car ils étaient plus de 10 à dormir dans une même chambre.
Et surtout les conditions de travail dans les mines étaient horribles.
Le contrat des immigrés Italiens ne leurspermettait pas de travailler dans un endroit autre que le fond de la mine. Ils commençaient le travail tôt le matin et le terminait tard le soir. Beaucoup en sont mort à cause des maladies causées par ce travail et des accidents. Tout cela je l’ai appris dans les lettres car étant le seul lettré je devais porter et lire chaque lettre écrite par un mari à sa femme et à sa famille. Cela était assez dur. Cequ’il disait sur leurs conditions de vie, ils me demandaient de ne pas le transmettre à leurs proches donc je devais inventer quelque chose d’autre à dire. Les femmes vivaient durement sans leurs maris et inversement les maris vivaient durement sans leurs femmes et de même pour les enfants. Ce n’est qu’à la suite de la catastrophe de Cazier que l’on prit conscience de ces conditions de vie, lesBelges n’ont plus pu continuer à exploiter les Italiens de cette manière. Il y a eu par après cela beaucoup de retour au pays mais ils ne revenaient pas avec beaucoup d’argent en poche »

4. Mr Guérrisi veut nous sensibiliser sur d’une part le racisme. Il a précisé que les Italiens d’hier sont les Polonais, les Ukrainiens et les Turks d’aujourd’hui. Nous pouvons aussi y voir l’exploitation del’être humain.
D’autre part nous pouvons remarquer la détresse causée par la pauvreté. Elle pousse les gens à accepter des choses très dures et à se taire.
Les questions posées sont : Va-t-on continué d’agir de la sorte ? Va-t-on continué de laisser certains peuples souffrir sans rien dire ou d’autres continuer à les exploiter ? Et la réponse : Il est grand temps que l’on se lève et que l’on...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !