Clement marot

612 mots 3 pages
Clément Marot

Clément Marot naquit à Cahors en 1496. Son père, grand poète rhétoriqueur, avait été le protégé d'Anne de Bretagne, femme de Louis XII. Page dès 1515, il se mêle à la joyeuse confrérie des Clercs de la Basoche, compose en 1515 le poème allégorique le Temple de Cupido et devient valet de chambre et secrétaire de Marguerite, duchesse d'Alençon, sœur du roi. Il rencontre chez elle des penseurs réformistes, compose épîtres, ballades et rondeaux. En 1516, il est emprisonné sur dénonciation d'avoir mangé « lard en carême » et transféré du Châtelet — qu'il décrira dans son Enfer de 1539 — à la prison plus libérale de l'évêque de Chartres, avant d'être relâché. Mais en 1527, il est arrêté à nouveau pour avoir aidé un prisonnier à échapper aux sergents et doit demander sa libération au roi dont il a l'appui et la faveur.
Pourtant, en 1531, compromis dans l'affaire des Placards, il doit s'enfuir à la cour de Marguerite de Navarre, puis de Renée de France à Ferrare. Gracié par le roi, il doit abjurer à Lyon (1536), rentré à Paris, traduit les Psaumes en vers français en 1537, et en publie 30 en 1541. Mais à nouveau inquiété, il doit quitter la France en 1542, et se réfugie en Suisse puis en Italie. Il meurt à Turin en 1544.
Poète savant, sans prétendre à l'érudition, comme les poètes de la Pléiade, Marot connaît bien l'antiquité latine. Son Enfer est un catalogue mythologique plein de réminiscences virgiliennes. Mais il n'oublie ni le Roman de la Rose qu’il adapte dans son Temple de Cupido ni Villon, qu'il édite en 1533.
Poète de l'amour, comme tous ceux de son siècle, homme du monde à l'exquise courtoisie qui exprime avec l'emphase nécessaire la beauté de la grande amie, de la belle dame, et la ferveur d'un sentiment presque toujours idéal et platonique, il chante ainsi le Partement d'Anne.
Mais il fut aussi un écrivain religieux très sincère qui renonça à la carrière confortable et brillante de poète de cour, de flatteur aimable et choyé du roi, pour

en relation

  • Clément marot
    689 mots | 3 pages
  • Biographie de clément marot
    314 mots | 2 pages
  • Biographie de clément marot
    1281 mots | 6 pages
  • Clément marot, l'enfer
    770 mots | 4 pages
  • musique, clement marot
    385 mots | 2 pages
  • Chanson iii, clément marot
    1522 mots | 7 pages
  • Clement marot - un epitre au roi
    1631 mots | 7 pages
  • Clement marot petite êpitre au roi
    1836 mots | 8 pages
  • Clément marot - petite épitre au roi
    1829 mots | 8 pages
  • Clément marot. rondeau 17, étude.
    1017 mots | 5 pages