Cnadide ou loptimiste

Pages: 4 (792 mots) Publié le: 17 février 2013
Les relations avec la pouvoir
La religion relève du domaine spirituel, et ne devrait pas, si l'on suit les préceptes du Christ, se mêler du pouvoir temporel, c'est-à-dire du pouvoir politique ouéconomique. Pourtant l'Église catholique, et tout particulièrement les jésuites, a des relations étroites avec les princes et la richesse.
Au Paraguay, les pères jésuites passent pour avoir créé unvéritable royaume, qui entre en guerre avec celui d'Espagne. Ils ont des plantations prospères où ils exploitent durement les Indiens (chap. 14). Voltaire savait que la réalité historique était plusnuancée, comme le montre son Essai sur les meurs, où il reconnaît que les jésuites ont souvent protégé les Indiens contre la cruauté des colonisateurs européens. Mais la satire ne se prête pas aux nuances.Dans Candide, la religion encourage la guerre. Les rois abare et bulgare « faisaient chanter des Te Deum, chacun dans son camp», c'est-à-dire des prières remerciant Dieu pour son aide au combat (chap.3). Au Maroc, les musulmans s'entre-tuent « sans qu'on manquât aux cinq prières par jour ordonnées par Mahomet» (chap. 11).
La religion est également complice de l'esclavage : le nègre de Surinamobserve que, d'un côté, les prêtres chrétiens déclarent que « nous sommes tous enfants d'Adam, blancs et noirs », et que, de l'autre, ils laissent les catholiques traiter les Africains plus mal que desbêtes (chap. 19) et profiter de leur travail pour s'enrichir.
Le destin de frère Giroflée offre un autre exemple des liens entre argent et religion. Comme souvent à l'époque, où l'héritage familialn'est donné qu'à l'aîné des enfants, les cadets des riches, auxquels ils est interdit d'avoir un métier à cause de leur condition noble, sont contraints d'entrer dans le clergé, donc de restercélibataires, voire enfermés dans un couvent (chap. 24).
2. L'INTOLÉRANCE
Pour Voltaire, le crime le plus grave est l'intolérance, qui le conduit à mépriser ou tuer ceux qui ne pensent pas comme soi,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !