Coca-cola maroc

1406 mots 6 pages
130 000 points de vente approvisionnés et une présence constante à travers les médias et le sponsoring. Les Marocains en consomment, en moyenne, 7,2 litres par habitant et par an.

Elle est la boisson gazeuse phare, celle qui se vend le plus au Maroc. Elle est aussi celle que l’on choisit, presque par réflexe quand on hésite entre plusieurs choix. On lui prête à tort ou à raison plusieurs vertus dont celle d’être un digestif, de soulager la nausée, la soif ou encore de limiter les effets d’une diarrhée. Elle est surtout une boisson démocratique par essence puisqu’elle accompagne aussi bien le sandwich de l’ouvrier que le repas gastronomique du nanti. Et au Maroc, cela fera bientôt 64 ans que ça dure. 130 000 points de vente approvisionnés, dont certains plusieurs fois par mois et une demande qui ne faiblit pas. Le Coca-Cola se joue de la géographie comme de la mode, du sexe ou de la religion…
Ce n’est que 61 ans après l’invention de la recette, par le docteur Pemberton, pharmacien de son état, que la mythique boisson gazeuse américaine Coca-Cola fait son entrée sur le territoire marocain. En 1947, la marque est introduite au Maroc pour des besoins précis. Initialement ramenée par les soldats américains, présents dans la zone internationale de Tanger et nostalgiques de leur mère patrie, Coca-Cola sera cependant fabriquée sur place dès 1947, avec l’ouverture d’une unité à Tanger, sans doute pour approvisionner les forces américaines installées localement. Elle appartiendra à un Américain jusqu’à ce que Brahim Zniber ne rachète l’unité en 1974. Avant que l’unité tangéroise ne puisse inonder l’ensemble du territoire, les besoins seront également couverts par des importations d’Espagne.

Un réseau de fabricants réparti sur tout le territoire
La composition exacte de Coca-Cola reste un mystère gardé précieusement par la firme. Le concentré nécessaire à la fabrication de la boisson sur le marché marocain provient d’Irlande. Il est directement acheminé vers les

en relation