Comment les soldats ont-ils tenu au front lors de la première guerre mondiale?

Pages: 40 (10000 mots) Publié le: 12 décembre 2013
Avec 300 cartes postales anciennes, dont certaines inédites, l'historien Jean-Yves Le Naour raconte la Grande Guerre, au plus près des soldats. Souffrances dans les tranchées, problèmes de ravitaillement, erreurs stratégiques qui se paient en vies humaines... Le docteur en histoire, spécialiste de ce conflit mondial, nous fait découvrir le front et l'arrière, par des anecdotes et récitssaisissants, touchants, parfois même insolites.
Le lecteur peut même arriver à toucher le décalage entre les images diffusées officiellement et les récits des soldats, les rectos et versos des cartes postales. Ecart entre des tranchées propres, dans lesquelles posent des poilus et les témoignages de soldats qui endurent les conditions de vie très difficiles de cette Première Guerre mondiale.
Jean-YvesLe Naour a déjà publié plus de dix livres sur la Guerre de 1914-1918, dont plusieurs ont été primés.
La Grande Guerre à travers la carte postale ancienne, Jean-Yves Le Naour, Editions Hervé Chopin, 159 pages, 28,90 euros.
Jean-Yves Le Naour vous êtes historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’histoire du XXème siècle, et vous dirigez la collection « L’histoire comme un roman» chez Larousse depuis juin 2009.
Dans votre livre Les soldats de la honte (Perrin, 2011), vous rappelez les soldats traumatisés de la Grande Guerre, dissimulés à l’époque « par honte ou par désespoir », à la mémoire collective. « [L]a guerre n’a pas seulement meurtri et lacéré les chairs, elle a entaillé les âmes, elle a rendu fou », expliquez-vous. Vous estimez qu’en France plus de100.000 hommes ont été atteints de troubles mentaux, temporaires ou permanents, au cours de la Première Guerre mondiale. En Grande-Bretagne, il y aurait eu 65.000 pensionnés après-guerre pour des traumatismes psychiques, tandis que le nombre d’hommes traités pour troubles mentaux aux Etats-Unis, entrés en guerre en 1917, est évalué à 69.000. Paralysie, tremblements, mutisme, cécité, corps pliés,sont des symptômes de ces « traumatisés ». A l’origine de ces accidents nerveux, les médecins préfèrent d’abord y voir une cause organique, un choc physique qui entraînerait des lésions dans le système nerveux. On invoque aussi l’émotion-choc qui provoquerait des traumatismes psychiques. Connus sous le nom générique de « shell shock » en Grande-Bretagne, et « obusite, commotion cérébrale, névrose» en France, ces syndromes sont aussi assimilés à l’hystérie, bien que le diagnostic questionne la virilité des soldats et la « force de résistance nerveuse de la race française » mise en avant par l’Académie de médecine. Pour rompre avec les notions confuses attachées à la notion d’hystérie, le neurologue Joseph Babinski développa le concept de « pithiatisme ». Il désigne l’ensemble des troublesfonctionnels qui apparaissent sans cause organique soit par suggestion soit sous l'influence d'un traumatisme affectif et qui sont guérissables par la persuasion. Les troubles mentaux seraient le fruit de la volonté et de l’autosuggestion du malade. Les pithiatiques sont soupçonnés de mauvaise volonté, voire d’être des simulateurs et des «profiteurs de guerre». Le traitement recommandé par Babinskirepose sur la persuasion ou la contre-suggestion. Ainsi les plicaturés, dont la peur de la douleur aurait « pérennisé la position vicieuse » en restant courbés, sont traités par « électrothérapie persuasive ».
Dès octobre 1914, le ministère de la Guerre crée huit centres neurologiques régionaux en zone intérieure pour traiter les blessés nerveux et les renvoyer sur le front. Lespsychonévrosés sont considérés curables et « récupérables », et en 1915 la Société de neurologie exclut qu’ils puissent être réformés. En 1916, le médecin-chef du centre neurologique de Tours Clovis Vincent va plus loin que la simple « persuasion » et prône la violence comme méthode de guérison. Le « torpillage », qui consiste à injecter des doses massives d’électricité aux malades, est revendiqué...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La première guerre mondiale : la vie au front, les soldats dans la guerre.
  • Les soldats et les femmesdurant la première guerre mondiale
  • L'expérience combattante d'un soldat de la premiére guerre mondiale
  • La déshumanisation des soldats durant la Première Guerre mondiale
  • Les violences lors des guerres mondiales
  • Le role de la Croix Rouge lors de la premiere guerre mondiale 1
  • La vie épouvantable des soldats dans les tranchées durant la première guerre mondiale
  • Histoire Combattre et tenir, le vécu des soldats de la Première Guerre mondiale

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !