Commentaire com 17 mai 2011

Pages: 6 (1372 mots) Publié le: 5 février 2013
Commentaire d’arrêt : Com, 17 mai 2011


Lorsqu’une personne physique a exercé un temps une activité professionnelle, contractant des dettes dans le cadre de cette activité, puis s’est retirée, la question peut se poser devant les juges de savoir s’il faut lui appliquer le droit des procédures collectives au titre de son activité professionnelle passée, ou la simple procédure de surendettementprévue pour les particuliers.
Le 17 mai 2011, la chambre commerciale de la Cour de cassation a été amenée à se prononcer sur le choix entre une procédure collective et une procédure de surendettement des particuliers, à l’égard d’un professionnel libéral. En l’espèce, une personne physique exerçant une activité professionnelle indépendante avait sollicité le bénéfice du traitement de sasituation de surendettement. La commission de surendettement avait recommandé des mesures prévoyant un échelonnement des remboursements et un effacement partiel des dettes. Un créancier du professionnel indépendant a contesté l’application de ces recommandations à sa créance. Le 21 avril 2009, le juge de l’exécution a donné force exécutoire aux mesures recommandées par la commission, suite à quoi lecréancier a interjeté appel. La cour d’appel a rendu un arrêt confirmatif du jugement de première instance, en avançant deux arguments en particulier : tout d’abord, le professionnel avait cessé son activité d’infirmière libérale le 1er janvier 2004, et au jour du jugement, comme déjà à la date de la saisine de la commission de surendettement, les dispositions du code de la consommation en matière desurendettement lui étaient applicables. Ensuite, la cour d’appel ajoute que le caractère professionnel d’une dette n’est pas exclusif de l’application des mesures de traitement prévues pour le surendettement des particuliers, et en cas d’insolvabilité du débiteur, le juge de l’exécution peut ordonner l’effacement partiel de toutes les créances autres qu’alimentaires, notamment celles envers lesorganismes de sécurité sociale.

Dès lors, la Cour de cassation a dû répondre à la question de savoir quel type de procédure était applicable, après cessation de l’activité professionnelle, quant à des dettes nées de cette activité, et à quel moment il convenait de se placer pour le déterminer.

La Cour de cassation a voulu marquer clairement l’extension du domaine des procédures collectives (I),qui n’est qu’un effet direct de l’application de l’esprit du législateur quant aux procédures collectives (II).


I. L’extension du champ d’application des procédures collectives

Cette extension du champ d’application des procédures collectives se manifeste tout d’abord par le refus des juges suprêmes d’appliquer la procédure de surendettement des particuliers (A), et ensuite parl’application des procédures collectives aux personnes physiques retirées (B).

A. Le refus de l’application de la procédure de surendettement des particuliers


La solution de la cour d’appel peut sembler tout-à-fait surprenante. En effet, elle distingue dettes professionnelles et personnelles, alors même que la Cour de cassation s’était déjà prononcée sur la question : un arrêt de la premièrechambre civile, en date du 22 janvier 2002, avait déjà énoncé cette la solution retenue ici par la chambre commerciale : « l’exclusion du bénéfice des dispositions relatives au traitement du surendettement des particuliers s’applique à l’ensemble des dettes du débiteur, sans qu’il y ait lieu de distinguer suivant leur nature personnelle ou professionnelle ».
En posant un nouvel attendu deprincipe, la chambre commerciale va dans le sens de la première chambre civile : « Une personne physique exerçant une activité professionnelle indépendante, y compris une profession libérale soumise à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé, relève, à compter du 1er janvier 2006, des procédures collectives de la loi du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises aux...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire cass. com. 17 mai 2011
  • Commentaire d'arrêt 17 février 2011
  • Commentaire d'arrêt 17 février 2011
  • Commentaire com.21 septembre 2011
  • Commentaire assemblée plénière 17 mai 2002
  • Commentaire d'arrêt, civil 2, 17 mars 2011
  • Commentaire
  • Commentaire d'arret, 1ere civ, 17 fevrier 2011

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !