Commentaire composé. "la mort des amants", charles baudelaire.

Pages: 7 (1592 mots) Publié le: 30 août 2011
Dans Les Fleurs du Mal, Baudelaire, dévoré par le Spleen et tenté par un idéal inaccessible, la Mort, qui est aussi le titre de la dernière section du recueil, publié alors que le Romantisme agonise, est la seule alternative possible. Dans « La Mort des Amants , Baudelaire qui a connu l’infidélité, la séparation et de multiples trahisons amoureuses imagine un monde idéal qui serait le refletinversé du monde réel, fait de luxe, de paix et de volupté.
Comment le poète parvient-il à insuffler une telle sensation d’harmonie dans son poème où mort et amour s’enchevêtrent ? C’est là l’étonnant paradoxe de ce sonnet.
Aussi, après avoir envisagé en quoi il suggère une conception idéalisée de l’amour, nous montrerons comment, en glissant insensiblement du monde des sensations à celui de laspiritualité, le poète parvient à faire triompher le rêve sur la réalité et à faire de la mort une consécration.

Tout d’abord, ce sonnet en décasyllabes est une évocation de l’amour absolu.
En effet, il offre l’image d’un couple parfait, harmonieux, dont les deux membres sont plus des doubles que des partenaires. Le titre d’abord, en introduisant l’article indéfini « des » unifie les amants.De même, le pronom personnel « nous » et les adjectifs possessifs « nos », qui émaillent les trois premières strophes insistent sur la profonde unité du couple et montrent l’être aimé comme un autre soi-même, un reflet : « Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux / Qui réfléchiront leurs doubles lumières. » Le champ lexical du dédoublement et du miroir (« ces miroirs jumeaux ») est d’ailleursrenforcé par la grande harmonie des décasyllabes, tous construits sur un rythme binaire parfaitement harmonieux, plaçant la césure au cœur de chaque vers, comme le montre le vers 8 : « Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. » De même, les rimes croisées suggèrent l’image d’une étreinte et renforcent le thème de la gémellité.
L’unité du second quatrain repose d’ailleurs sur le leitmotiv ducouple : répétition lancinante, du chiffre deux, « présentation » par paires des éléments du décor : les « miroirs » et les « flambeaux ». Les rimes mêmes (« flambeaux » / « jumeaux ») renforcent cette binarité. En cela, Baudelaire se place dans une longue tradition, à la fois antique (Platon et le mythe de l’androgyne) et romantique (le thème du double et la quête de l’unité originelle), jusqu’àce que culmine, au vers 10, l’union des amants qui, à l’instar de Roméo et Juliette ou Tristan et Iseut unis dans la mort, ne font plus qu’un : « Nous échangerons un éclair unique. »
Mais le paradoxe est que cette union n’est possible que dans la mort. Là encore, comme c’est le cas pour les couples mythiques de la littérature, seule la mort peut consacrer la fusion des êtres aimés que la vies’obstine à contrarier, séparer ou désunir. Aussi, le poème tout entier est-il marqué par la fusion de l’amour et de la mort, d’Eros et Thanatos dira plus tard Freud. Ainsi, Baudelaire joue en virtuose de la polysémie. Les « lits pleins d’odeurs légères », repris d’une manière à la fois plus quotidienne et voluptueuse dans les « divans profonds » rappellent à la fois le lit d’amour et le lit de mort.D’ailleurs, les « divans », nimbés de sensualité, sont « profonds comme des tombeaux. » De même, les « étranges fleurs » renvoient à la fois au symbole lyrique de l’amour (chez les poètes de la Pléiade) et aux fleurs mortuaires qu’on dépose en hommage ou en souvenir. Quant aux « flambeaux », ils symbolisent tout aussi bien les feux brûlants de l’amour que les bougies qui entourent les morts.D’ailleurs, ces fleurs ne sont-elles pas « étranges » parce qu’elles viendraient d’un autre monde, de l’autre monde ? C’est du moins ce que semble aussi suggérer l’épithète dernières (« leurs chaleurs dernières ») qui peut à la fois signifier extrêmes et ultimes.
Baudelaire parvient donc à unir les vertiges de la passion aux derniers moments de la vie. Amour et Mort, loin de s’opposer s’unissent, à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire, la mort des amants, charles baudelaire
  • La mort des amants , charles baudelaire
  • La mort des amants charles baudelaire
  • Charles Baudelaire , La mort des amants
  • La mort des amants charles baudelaire
  • Commentaire composé
  • Commentaire Baudelaire "Mort des amants"
  • Charles baudelaire le balcon et la mort des amants

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !