Commentaire composé, zola, l'assomoir, le festin de gervaise

Pages: 10 (2305 mots) Publié le: 24 avril 2011
« Mon but a été scientifique avant tout », affirme Emile Zola dans sa préface à Thérèse Raquin. Ainsi, la publication en 1877 de L’Assommoir, septième roman des Rougon-Macquart, permet à l’auteur d’exposer, à travers le destin tragique et pathétique de son héroïne, Gervaise, ses théories naturalistes. En effet, pour Zola, le romancier a un rôle social à jouer : il doit analyser la société et leshommes, les étudier avec franchise car « c’est de la connaissance seule de la vérité que pourra naître un état social meilleur ». Ainsi, le passage que nous allons étudier se trouve au centre de ces préoccupations, mêlant à la fois la peinture réaliste d’une scène « du peuple » (scène de bistrot), l’évocation de la fatalité, à la fois narrative et humaine à travers l’hérédité des personnages, etla description symbolique et terrifiante de l’alambic, une machine « humanisée » qui précipitera Gervaise dans sa chute. Nous sommes au chapitre II du roman. Trois semaines après avoir été abandonné par son amant Lantier, Gervaise, jeune blanchisseuse provinciale, retrouve Coupeau, un ouvrier zingueur, qui lui propose de boire « une prune » à l’Assommoir, le bistrot du Père Colombe. Coupeau estamoureux de Gervaise et voudrait se mettre en mariage avec elle, mais celle-ci refuse depuis toujours sa proposition. Ils discutent de leurs aspirations commune, une vie calme et tranquille, et de leur crainte de l’alcool, dont ils ont eu à souffrir de ses ravages. Nous étudierons dans un premier temps la manière dont l’auteur fait de ce passage une véritable peinture naturaliste, puis nousévoquerons l’utilisation du relais des regards dans la description que Zola propose de l’alambic. Enfin, nous nous attacherons à démontrer l’importance du thème de la fatalité, à la fois narrative et humaine, qui pèse sur le destin de son héroïne tragique.

La rencontre de Gervaise et Coupeau, au bistrot du Père Colombe, permet au romancier de proposer au lecteur un document réaliste. La représentationde la réalité se fait ainsi à la fois par le récit et par la description.
La rencontre entre les deux protagonistes a lieu dans un bistrot, lieu de sociabilité du monde ouvrier. Coupeau invite Gervaise afin de la courtiser, pour cela il lui offre une « prune ». Ce lieu, très masculin, paraît nouveau pour Gervaise qui se montre « un peu effrayée ». Le lecteur, à travers le regard de Gervaise,perçoit l’atmosphère masculine et populaire qui règne dans ce bistrot, notamment à travers les odeurs : « la fumée des pipes, l’odeur forte de tous ces hommes, montaient dans l’air chargé d’alcool ». On notera que c’est Coupeau qui se fait le guide de ce lieu masculin. En ouvrier, qui est en contact avec les machines, il mène Gervaise devant l’alambic, et la fait profiter de son savoir, enexplique « le fonctionnement », « indique du doigts les différentes pièces ». On reconnaît là un procédé courant du roman naturaliste : l’auteur délègue à un personnage sa fonction d’informateur.
Le réalisme de la scène est aussi très présent à travers le langage et le discours indirect libre employé par l’auteur, qui lui permet de « fondre » les points de vue des personnages dans son récit,révolutionnant ainsi le procédé narratif de son époque et contribuant à son effet « naturaliste ». C’est ainsi le langage du peuple que le romancier emploie, un langage familier voire argotique, souvent à connotations dépréciatives (« trimé toute ma vie », « ces cheulards- là », « ce roussin de Père Colombe », « cet animal de Mes Bottes », pour désigner les alcools forts, Coupeau parle de « cochonneries »).Cette langue utilise ainsi de nombreuses images comme le « grelot » pour la parole, le « bedon », pour la cornue, les « dés à coudre » pour les petits verres. L’image a souvent une valeur hyperbolique et intensive, comme dans le « vitriol » qui désigne l’eau de vie. Les jurons sont présents, à cause de leur force expressive : « Tonnerre de Dieu ! », « Dame ! ».
On note aussi le maintien de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'assomoir de zola commentaire composé
  • Zola l'assommoir le festin commentaire composé
  • Déchéance de gervaise
  • Commentaire composé sur l'assomoir de zola chapitre 2
  • Commentaire composé sur "l'assomoir"
  • commentaire composé de l'assomoir
  • commentaire zola l'assomoir
  • Commentaire composé de l'assomoir

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !