Commentaire composé d'un passage de la promenade au phare de virginia wolf

2619 mots 11 pages
L’extrait étudié ici forme une rupture nette avec ce qui a précédé. En effet c’est la première fois que l’on se place du point de vue de Nancy et Andrew, deux des enfants dont on ne sait que peu de chose jusqu’à présent. Il y a aussi une rupture dans le lieu, la scène se passant sur la plage, alors qu’on avait très peu quitté la maison jusqu’alors. Le mariage ainsi que la relation de Mr et Mrs Ramsay sont au cœur des passages précédents, ce que l’on peut mettre en rapport avec le mariage imminent, mais encore non exprimé dans cet extrait, de Minta et Paul. De plus on remarque la dernière chose évoquée dans le chapitre précédant est les adultes observant les enfants jouer, ici ce sont les enfants, Nancy et Andrew, qui sont témoins d’un « jeu » d’adultes, d’un passage d’un âge à un autre. Tout au long de ce texte prenant place sur la plage, dans ce lieu symbolique de transition entre terre et mer, on assiste à une séparation, un gouffre entre l’enfance et l’âge adulte, qu’il faut traverser, alors que l’on était jusque là dans le roman en présence de l’enfance plus jeune des cadets qui n’avait pas cette préoccupation. Il s’agit de la vision des enfants sur l’inconnu et la distance qui désormais les séparent de leurs deux amis sur le point de se marier. En grandissant ils prennent conscience à la fois du fait qu’il faut continuer à grandir, mais aussi de leur insignifiance en tant qu’individu.

Nancy, Minta, Andrew et Paul sont partis en promenade sur la place, le but de celle-ci est la demande en mariage de Paul à Minta, qui n’a pas encore était prononcée ici. Jusque là la figure du mariage était Mr et Mrs Ramsay. Lily souligne bien la pensée générale en faisant d’eux la représentation même du mariage, un sorte d’idéal, dans le chapitre précédant. A travers eux, l’image de la parfaite vie de couple est faite de compromis pour faire plaisir à l’autre, comme lors de leur promenade en tête à tête. Mrs Ramsay croit au mariage, elle tient d’ailleurs à marier ses

en relation

  • Histoire de la pensée économique
    68330 mots | 274 pages