Commentaire critique sur descartes

554 mots 3 pages
Introduction

René Descartes naît le 31 mars 1596 à La Haye en France lors des Temps modernes. C’est dans ce contexte, où l’on assiste à l’avènement d’une nouvelle manière de penser l’homme et le monde, qu’il développe, après avoir tout remis en doute, le cogito cartésien, le « je pense, donc je suis » et qu’il affirme un dualisme radical entre le corps et l’âme, dualisme qui se veut en quelque sorte problématique. Il devient donc très intéressant de s’interroger sur la nature de l’âme et du corps et le rapport entre les deux. Nous nous pencherons donc d’avantage sur cette problématique et tenterons de répondre à la question est-ce que l’esprit et le corps sont deux identités de nature différente mais liées d’une certaine manière?

Résumé de la pensée de l’auteur

Le dualisme cartésien marque la dissociation entre deux substances (par substance, on désigne tout ce qui existe en soi et qui se présente par une réalité permanente) : le corps et l’âme. C’est donc la scission des deux éléments principaux caractérisant l’Homme qui sera à la base de la thèse cartésienne du dualisme, dans laquelle il s’en remettra à la métaphysique plutôt qu’à la science. En effet, d’un côté, l’âme (ou esprit) se présente comme une entité pensante, simple, unique et libre. De l’autre, le corps se présente comme l’architecture d’un homme, réglé mécaniquement, visible et responsable des fonctions vitales. Autant ces deux substances sont indépendantes l’une de l’autre, autant c’est leur union, en un être, qui marque l’unicité humaine. Pour Descartes, le dualisme naît d’abord par son introspection du doute. En doutant, il réalise qu’il ne peut contester l’existence de son esprit, mais que l’existence de son corps est contestable. L’esprit, qui se veut une « chose pensante » (res cogitans), constitue donc, pour Descartes, l’essence de sa personne. Descartes affirme donc « j'ai une claire et distincte idée de moi-même, en tant que je suis seulement une chose qui pense et non

en relation

  • Commentaire critique descartes
    638 mots | 3 pages
  • É'é"'é
    1198 mots | 5 pages
  • thhhg,
    2160 mots | 9 pages
  • Méditation physique
    1093 mots | 5 pages
  • Descartes
    2715 mots | 11 pages
  • Bachelard, le cogito et les rêves
    2117 mots | 9 pages
  • Bibliographie pour terminales
    2351 mots | 10 pages
  • La solution des pingoung
    6703 mots | 27 pages
  • L'islement
    4661 mots | 19 pages
  • La conscience.doc
    770 mots | 4 pages