Commentaire croire mais pas en nous

1003 mots 5 pages
AXE DE COMMENTAIRE : I]Ce poème est un réquisitoire contre l'orgueil humain.

Victor Hugo, dans ce poème, dénonce, au moyen d'un réquisitoire, la société dans laquelle il vit. Il effectue en effet une sorte d’acte d’accusation contre un homme qui ne vit que par l'orgueil et la vanité. Tout d'abord, Hugo dénonce la fausse charité de l'Homme. Ce-dernier se veut généreux et charitable, comme « tout bon croyant ». Or, tous ces actes ne sont qu'illusions et simulacres. On constate dans les douze premiers vers une construction syntaxique particulière. Ces douze vers ne sont formés que par une seule phrase complexe présentant trois subordonnées de cause, mises en évidence par l'anaphore des « Parce que » (vers 1, 4, 8). la principale crée un effet de surprise puisqu'il y a une antéposition des subordonnées de cause. Par cette structure spéciale, le poète cherche à montrer sa thèse de façon percutante. Aussi, la thèse est formulée par une phrase exclamative, ajoutant de l'importance au discours d'Hugo. Il nous montre donc avec dégoût et indignation que l'Homme est rempli d'orgueil même dans des actions qui se veulent charitables.
De plus, Hugo exagère l'amour-propre de l'Homme en multipliant les possessifs « moi, me, je » au vers 9 accordés avec des expressions démesurées et hyperboliques « Louez-moi ! Me voilà ! Je suis parfait ! », créant une théâtralisation. L'orgueil humain est exacerbé et sa charité est donc remise en cause. Enfin, pour soutenir sa thèse, Hugo jongle avec les registres pour pouvoir mieux toucher à notre sensibilité. Dans les vers 5 et 6, il y a une accumulation du registre pathétique (« petit enfant maigre, vieillard, pauvre ») ce qui nous rend plus concernés par les injustices sociales. De plus, au vers 8 et 9, Hugo effectue un transition en utilisant le registre ironique accentué par un parallélisme de construction « On se croît vertueux ! On se croît charitables ! ». Il effectue ici une attaque virulente au caractère polémique, contre la

en relation

  • Diderot, "encyclopédie" : croire (commentaire de texte)
    442 mots | 2 pages
  • Bergson
    25570 mots | 103 pages
  • Mieux.
    1488 mots | 6 pages
  • le chandelier
    5743 mots | 23 pages
  • Lettres persannes lettre 24
    5723 mots | 23 pages
  • Sujets de dissertation philosophique • « il peut y avoir conflit entre hommes de religion à l'esprit fragile et hommes de science à l'esprit ferme, mais non point entre science et religion. leurs mondes respectifs sont
    1936 mots | 8 pages
  • Marius
    917 mots | 4 pages
  • Zzzz
    968 mots | 4 pages
  • Synthèse sur le journalisme
    1287 mots | 6 pages
  • la poesie pour rire et pleurer , pour maudire et pour aimer
    880 mots | 4 pages