Commentaire de : andré breton, nadja, pp. 71-73

1088 mots 5 pages
André Breton, Nadja. Extrait du texte pp. 71 à 73, jusqu'à « … gare du Nord » : la rencontre de Nadja.

Introduction
C'est le 4 octobre 1926 qu'André Breton, qui a fondé en 1924 le mouvement surréaliste avec Aragon et Éluard, rencontre à Paris la mystérieuse Nadja. S'ensuit une relation amoureuse compliquée, où Nadja fait bien davantage figure d'inspiratrice que de maîtresse. Dans ce texte très visuel, ponctué de photographies, qu'est Nadja, la jeune femme est d'abord une personne qui a été vue, repérée par Breton, et dont l'existence procède du regard : c'est ce que nous constaterons en première partie. En deuxième lieu, nous tenterons de comprendre ce que Nadja représente pour Breton, et quels espoirs il place en elle. Enfin, en troisième partie, nous réfléchirons sur le caractère surréaliste de ce texte.

I La vue, le regard, les yeux
André Breton se promène rue Lafayette, à Paris. Il nous indique qu'il est « désœuvré » et qu'il observe les passants, « sans le vouloir ». Dans une sorte de démarche inconsciente qui lui est familière, il regarde, il scrute, et c'est en portant son regard un peu plus loin qu'il aperçoit une jeune femme qui marche, « la tête haute ». Elle aussi l'a remarqué. Ils se sont repérés de loin. C'est par cette réciprocité des regards que commence leur relation. Breton insiste là-dessus, utilisant la répétition du verbe voir : « me voit ou m'a vu ». À ce moment de la narration, Breton s'interrompt pour décrire les yeux de la jeune femme, et notamment son maquillage, lequel lui rappelle celui d'une comédienne, Blanche Derval, qu'il a vue au théâtre. Cette ressemblance, ces yeux légèrement fardés, ce côté apprêté (même si Nadja est « très pauvrement vêtue ») attirent André Breton : il use de quatorze lignes de description pour détailler la manière dont cette inconnue est maquillée ! Aussitôt il songe à aborder la jeune femme en pleine rue, ce qui ne se faisait guère à l'époque. Loin de s'enfuir, Nadja lui répond, et lui sourit ; Breton

en relation

  • Julien gracq
    14569 mots | 59 pages
  • Limeeli
    5216 mots | 21 pages
  • 9782210441149_francais2e_ldp_duProgrammeauManuel
    5344 mots | 22 pages
  • Dada
    81833 mots | 328 pages
  • Fiche de lecture
    87567 mots | 351 pages
  • 28189_تاريخ الأدب الفرنسي
    87433 mots | 350 pages
  • ldp methodesetpratiques 2011
    165647 mots | 663 pages
  • littérature
    136162 mots | 545 pages
  • Le monde 28/10/12
    92211 mots | 369 pages
  • One good turn, a jolly murder mystery
    80803 mots | 324 pages