Commentaire de texte de pascal

Pages: 7 (1742 mots) Publié le: 6 janvier 2012
Le « moi » venant du latin : ego désigne classiquement une réalité invariable et permanente qui, par-delà les caractéristiques et les changements accidentels constituerait l'individu, le sujet ou la personne que nous sommes. La conscience suffit-elle alors à définir le « moi » ? Ou bien implique-t-il également d'autres dimensions de mon être ? Nous savons depuis Descartes qu'il est impossible dedouter de notre existence. En revanche, la connaissance de ce que nous sommes apparaît plus difficile. Mais qu'est-ce que le moi, indépendamment de toutes ses affections particulières ?
Que reste-t-il du moi lorsque j’en ai ôté toutes les qualités accidentelles dont je puis
être porteur ?
Telle est la question que Pascal pose dans ses Pensées, à la recherche de ce qui
en chacun de nousdépasse les particularités individuelles et qui constitue la substance
même de notre être. L'enjeu de cette question est situé dans la perspective de l'amour ce qui renvoie à une seconde question : qu'aime-t-on lorsqu'on dit aimer une personne ? En procédant selon une méthode par élimination successive, Pascal montre d'abord qu'on ne saurait déterminer la personne par ses qualités et montre ensuite quece n'est pas d'avantage dans l'abstraction de la substance que se situe le moi, ce qui rend notre problème aporétique. Mais la perspective Pascalienne est-elle sans présupposé ? 

" Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants, si je passe par là, puis-je dire qu'il s'est mis là pour me voir ? Non ; car il ne pense pas à moi en particulier. " Pascal commence par examiner les qualitésphysiques d'un individu. Le premier exemple est celui d'être " un passant " mais être passant, c'est être un individu quelconque, banal, qui ne se distingue pas des autres. C'est être un peu un" monsieur-tout-le-monde ". L'homme qui me regarde passer ne " le " voit pas. Il ne le regarde pas comme un être " particulier ", « diffèrent ». Ce passage à pour rôle de montrer que le moi ne se situe pasdans la généralité imprécis. Nous ne pouvons nous définir comme passant, ni comme homme, car nous sommes plus que cela : nous sommes des êtres qui se distinguent des autres. Etre passant est une qualité accidentelle, contingente, attribuée de l'extérieur. Nous sommes alors un passant pour celui qui nous regarde, mais pas en nous-même. Nous ne sommes donc pas " passant " par nature. Celui qui nousregarde et qui nous qualifie de " passant " est indifférent à l'égard du moi."  Mais celui qui aime quelqu'un à cause de sa beauté, l'aime-t-il ? Non; car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu'il ne l'aimera plus. " Nous avons vu que la personne se situe dans l'individualité, la particularité. Or qu'est-ce qui me différencie des autres ? En premier lieu, ce qui nousdistingue d'autrui est nôtre apparence physique. Est-ce qu'on pourra alors définir le moi par l'aspect physique, dans la mesure où il nous est propre ? On remarquera que Pascal ne parle pas du corps en général mais d'une qualité du corps : la beauté. La question est posée sous l'aspect de l'amour qu'il utilisera comme exemple. L'amour est une passion humaine mais elle a aussi un sensmétaphysique. D'après le texte de Pascal, cela doit éveiller notre attention. Quand on m'aime pour mon physique, m'aime-t-on, moi ? Si quelconque peut être regardé comme un passant, on ne peut pas l'aimer pour sa beauté. Aimer pour la beauté n'est pas être indifférent pour la personne. Cependant, selon Pascal, celui qui Aime pour la beauté n'aime pas la personne, l'individu car il cessera de l'aimer si cettebeauté disparaît. Tel que la variole, exemple utilisé par Pascal, qui est une maladie qui défigure , aujourd'hui disparue, mais qui était fréquente à l'époque. La beauté ne fait donc pas partie de la nature puisqu'elle peut disparaître avec la maladie. Elle est un accident. Pascal suppose que le changement physique ne me change pas. Or, est-ce si sûr ? Je me sens toujours moi-même mais...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire texte pascal
  • Commentaire de texte : les pensées de pascal
  • Commentaire du texte de pascal
  • Commentaire de texte pascal
  • Introduction de commentaire sur un texte de pascal
  • Commentaire du texte de pascal esprit de geometrie
  • Commentaire de texte Pascal Un roseau pensant
  • Commentaire de texte philosophique de pascal : '' pensées et opuscules''

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !