commentaire de victor hugo, "l'homme qui rit"

1014 mots 5 pages
Commentaire de Victor HUGO « l'homme qui rit »

introduction : On reconnaît dans Victor Hugo le génial créateur du personnage de Quasimodo, cet être contrefait et généreux, désespérément attaché à la belle Esméralda. Cette fascination personnelle et romantique pour le mariage du laid et du beau, cet art de rendre les contrastes violents entre l'apparence et l'être sont également à l’œuvre dans L’homme qui rit. Réduit à l'état de monstre grimaçant par la méchanceté des hommes, Gwynplaine souffre lui aussi de sa difformité.
Son rire irrésistible s'impose à la foule comme il s'impose à lui-même. Mais si son corps est une mécanique dévoyée, son âme est un tourbillon de sentiments.
Nous allons voir dans une première partie un rire irrésistible et dans une deuxième partie un divorce du corps et de l'âme.

Développement : La première caractéristique du pseudo rire de Gwynplaine est de subjuguer la foule : "C'est en riant que Gwynplaine faisait rire." La phrase liminaire du texte sonne comme une évidence. En témoigne la répétition du verbe rire : le mot apparaît d'ailleurs douze fois dans le texte, soit sous forme de verbe, soit sous forme de nom ! Plus loin, Hugo emploie les qualificatifs "automatique" et "irrésistible" (ligne 7). Plus loin encore, il associe dans une phrase lapidaire la mécanique du rire à celle du bâillement : "Deux convulsions de la bouche sont communicatives : le rire et le bâillement" (lignes 8 et 9). L'utilisation du mot "convulsion" n'est pas anodine, car ce terme péjoratif dévalorise la portée du rire, qu'elle rend suspect. Deux passages du texte vont cependant plus loin : le rire devient inquiétant, qui s'impose à tous au détriment de toute liberté de pensée : "Personne ne se dérobait à ce rictus" (ligne 8), ou encore : "Tout ce qu'on avait dans l'esprit était mis en déroute, et il fallait rire." L'utilisation du pronom indéfini "on" renforce ici l'universalité de cette inquiétante réaction ; le recours au

en relation

  • commentaire l'homme qui rit Victor hugo
    1541 mots | 7 pages
  • gogol
    72495 mots | 290 pages
  • Victor hugo, fonctions du poete, commentaire
    590 mots | 3 pages
  • Commentaire composé sur l'homme qui rit
    1227 mots | 5 pages
  • Etude de l'homme qui rit, etude du discour de gwynplain
    2751 mots | 12 pages
  • Commentaire
    353 mots | 2 pages
  • Victor Hugo
    1033 mots | 5 pages
  • french
    561 mots | 3 pages
  • Victor hugo
    4188 mots | 17 pages
  • Victor hugo
    1290 mots | 6 pages