Commentaire Erec Et Enide Pdf

1261 mots 6 pages
[MATTIA VALIA L2 CLE ERASMUS]
COMMENTAIRE COMPOSE

25 Novembre 2014

Erec et Enide v. 6823-6950

Le passage qu’on va analyser c’est la scène finale de l’œuvre Erec et Enide, premier roman arthurien de Chrétien de Troyes. Erec, après qu’il est sorti vainqueur de la Joie de la Cour, la dernière et la plus périlleuse des éprouves qu’il a dû affronter, il retourne avec sa femme Enide et
Guivret à la cour du roi Arthur. En apprenant de la mort de son père, le roi Lac, dont il devra prendre la place, il demande au roi Arthur de le couronner roi. Le passage en question est un récit dans lequel l’auteur décrit le couronnement d’Erec et d’Enide et la grande fête qui leur fait toute la société arthurienne, et elle a lieu à Nantes le jour de Noël. Cette scène peut être considérée comme l’apogée et la conclusion idéale du destin des jeunes époux, si on considère notamment ce roman comme un sorte de « roman d’apprentissage » du couple lui-même. Cet épisode peut être aussi vu comme un compendium des valeurs courtois qui Chrétien de Troyes a voulu nous montrer pendant tout le roman.
Or, on va montrer comment cette scène représente l’apothéose des valeurs de la société courtoise au XIIe siècle, en considérant cette cérémonie comme une des réalités sociales du
Moyen âge, comme un moment de liesse et de largesse dans la cour et finalement comme l’étape qui sanctionne la réinsertion du couple d’époux dans la société courtoise.
La cérémonie du couronnement est une réalité sociale mise en roman, une étape nécessaire et très important pour ceux qui devaient devenir des souverains au XIIe siècle.
La société aristocratique arthurienne « des grandes gens et des menues » s’est toute réunie pour cet événement et Chrétien de Troyes il dit explicitement que « Unques ensamble ne vit nus/tant rois, tant contes ne tant dus …». Contrairement à ce qui advint dans le cas de le mariage entre Erec et Enide, dans la cérémonie du couronnement «Onques n’i pot entrer vilains » et ce fait souligne la réel

en relation

  • Phedre
    42985 mots | 172 pages