Commentaire "La Critique de l'école des femmes"

1188 mots 5 pages
Molière est un dramaturge et comédien du XVIIe siècle. Il est né en 1622 et est mort en 1673. Il écrivit L’Ecole des femmes qui parut en 1662. Ceci est la première grande pièce de Molière qui sort du genre de la farce pour s’attaquer à une vraie comédie. Ce fut un immense succès, ce qui provoqua de nombreux débats connus sous le nom de « Querelle de l’Ecole des femmes ». Et donc pour répondre à cela, il proposa La Critique de l’Ecole des femmes qui fut représenté au théâtre en 1663. Nous sommes au début de la scène 5, un débat est en cours entre Dorante, un chevalier partisan de la pièce l’Ecole des femmes avec Le Marquis, un contradicteur.
Comment Molière passe-t-il d’un texte critique à comique ?
En premier lieu, nous allons commencer par la querelle et le débat vide de sens et de fond entre les deux personnages, puis nous développerons sur le parterre, ses préjugés et son éloge.

Dans cet extrait de la scène 5, Dorante entre in media res lors d’un débat sur la pièce de Molière. Il met l’accent sur le fait que ce sujet est connu de tous, à la mode : « Vous êtes là sur une matière qui, depuis quatre jours, fait presque l’entretien de toutes les maisons de Paris… » (L1à3). « (…) On n’a rien vu de si plaisant que la diversité des jugements qui se font là-dessus. » (L3-4). L’adjectif « plaisant » caractérisera bien le dialogue entre Dorante et Le Marquis, qui va ensuite dériver sur une comédie malgré l’opposition des points de vue.
La querelle entre Dorante et Le Marquis est basée sur un mot en particulier « détestable ». Cette répétition du mot détestable, avec une exclamation comme « Parbleu ! » (L12) ou une question comme « Pourquoi elle est détestable ? » (L15), fait partit du comique de mot, et ne fait en aucun cas avancé le dialogue. Arrive une tautologie « Elle est détestable, parce qu’elle est détestable. » (L17), argument présenté par Le Marquis. Cela souligne l’incapacité du Marquis à analyser, et Dorante n’en oublie pas de le lui faire

en relation

  • Commentaire et critiques l'école des femmes de molière
    2181 mots | 9 pages
  • Commentaire de '' la critique de l'école des femmes'' , scène 5
    1290 mots | 6 pages
  • Ezgzeze
    803 mots | 4 pages
  • Moliere
    376 mots | 2 pages
  • L’École des femmes
    4827 mots | 20 pages
  • Critique ecole femmes
    1202 mots | 5 pages
  • Molière et marivaux
    2988 mots | 12 pages
  • google
    1061 mots | 5 pages
  • Ecole des femmes. molière
    1068 mots | 5 pages
  • Ilon
    4728 mots | 19 pages