Commentaire linéaire l'automne de lamartine

1979 mots 8 pages
C’est la méditation XXIII, qui a été écrite à Milly en 1819. Elle traduisait l'évolution sentimentale de Lamartine qui, après l'amertume de la passion malheureuse pour Elvire (à qui il allait consacrer encore “Le crucifix” dans les “Nouvelles méditations” [1823]), évoquait avec discrétion l'image d'une autre femme. Il s'était en effet épris de l’Anglaise Maria Anna Elisa Birch qu’il espérait épouser, projet qui n’allait pas sans difficultés matérielles, la mère de la jeune fille s’y refusant car le poète était «sans emploi ni fortune», ce qui ne manquait de retentir sur son moral (il ne fut définitivement décidé qu’en mars 1820). Ayant quitté sa fiancée et Aix-les-Bains le 22 août, il avait gagné la Bourgogne pour y demeurer, à Mâcon et à Milly, jusqu’au terme de l’année. Tout d’abord, son état physique resta convenable : «La santé physique m’est revenue par torrents cet été et cet automne», déclarait-il le 29 octobre ; il ne paraît pas s’être plaint en novembre ; mais, soudain, en décembre, son pessimisme reprit et, le 8, il écrivit à son ami, Aymon de Virieu : «Me voilà replongé dans la fièvre, les inflammations répétées de l’estomac, la langueur, les noirceurs et, de plus, une impossibilité de lire qui met le comble à mon ennui.» ; puis le 10, à Mme de Raigecourt : «J’ai des palpitations terribles dans l’estomac que je ne sais si je serai de ce monde au printemps.»
Cette dernière phrase s’accorde bien avec les vers 18-20 du poème et autoriserait à le dater d’environ la première quinzaine de décembre 1819, à cette exception près qu’on peut se demander si, à ce moment de l’année, les bois sont encore «couronnés d’un reste de verdure» (vers 1), détail qui ferait plutôt songer à la fin d’octobre ou à novembre. Comme toujours, il convient, avec Lamartine, d’être extrêmement circonspect et, dans le cas présent, de ne pas trop chercher à éclairer par des données biographiques rigoureuses un poème qui développe des thèmes ayant un long passé littéraire.
En effet,

en relation

  • Les colchiques
    3532 mots | 15 pages
  • Poésie française du xixe siècle
    28463 mots | 114 pages
  • Poésie, bases théoriques (toursel)
    5964 mots | 24 pages
  • M Thode Pour L
    9535 mots | 39 pages
  • Tous
    10681 mots | 43 pages
  • Alcools
    25073 mots | 101 pages
  • Français terminale
    22777 mots | 92 pages
  • Literatude de xixeme siecle
    102229 mots | 409 pages
  • Les regrets de du bellay
    48442 mots | 194 pages
  • Resume de la poesie
    25024 mots | 101 pages