Commentaire littéraire une allée du luxembourg gérard de nerval

Pages: 7 (1702 mots) Publié le: 3 juin 2010
Commentaire Oral: Gérard de Nerval, Une allée du Luxembourg

INTRO:
Gérard de Nerval, de son vrai nom Gérard Labrunie, né à Paris le 22 Mai 1808 et mort le 26 Janvier 1895, était un poète français de renom. Il s'inscrivit dans de nombreux genres tels que les romans et les contes, mais il écrivit également de nombreux poèmes tels que « Le Peuple » en 1830 et surtout « Les Odelettes » en 1834dans lequel se trouvait des poèmes remarquables comme « Un réveil en Voiture » et « Une Allée du Luxembourg » qu'on va d'ailleurs analyser.
Ce poème à pour thème un coup de foudre, une rencontre qui ne se reproduira plus. L'intérêt de cette odelette réside dans l'évocation d'un moment fugitif cristallisant le fantasme amoureux et le regret du temps passé.

Problématique : Comment Nervalparvient-t-il à traduire le caractère éphémère de cette rencontre ?

I - Jeunesse et vieillesse
II - une rencontre impossible : diversités temporelles
III - Regrets : renouveau de l'élégie.

I - Jeunesse et vieillesse
1 -En effet, Nerval évoque sans le décrire l'archétype féminin de la jeune fille. Tout est compris dans cette façon générique de la nommer. Elle est bien plus qu'"une" jeune fille,puisque l'article défini la promeut au rang de type universel. Dès lors, l'aura dont elle s'environne est tout entière marquée par cette universelle nouveauté : sa vivacité et sa légèreté comparées à celles de l'oiseau, la fleur symbolisant la beauté éphémère si l'on en croit les sonnets de Ronsard ("Mignonne allons voir si la rose...") ou ce "refrain nouveau" , tout aussi indéfini, qui a pourcharge de représenter le perpétuel recommencement de la nouveauté. Nommé, cet air serait condamné à passer de mode ; ainsi désigné, il est ce refrain qui nous paraîtra demain résumer toute la nouveauté dont nous sommes si friands.
2 -Ensuite, La forme choisie épouse ce parti-pris de jeunesse et de mouveauté. L'odelette, dans sa simplicité, sa modestie même, rencontre la présence irréelle de la jeunefemme. Rien d'ampoulé ni de solennel dans ces trois quatrains de vers octosyllabes. L'odelette est une forme légère qui s'apparente à la chanson populaire et sied parfaitement ici au personnage central comme aux circonstances décrites : "une allée de Luxembourg", quelque jour représentatif d'une vie parfaitement banale. La brièveté de l'octosyllabe et sa rapidité, imitent de même l'ébahissement dupoète, la succession rapide des émotions ressenties au passage de la jeune femme dont la "vivacité" et la "prestance" sont tout entières reflétées par l'odelette.
c -Pour finir, Face à cette grâce pleine de jeunesse, on devine en contraste, l'univers plus sévère de l'homme âgé. "ma nuit profonde", métaphore d'un corps ou d'un esprit tourmentés par quelque douleur physique ou morale introduit unemodulation dramatique après le portrait de la jeune fille. Puis c'est un soupir qui s'échappe " Mais non," marqué par la pause d'une double ponctuation (, -) peu orthodoxe. Tout est fait pour que la voix reste en suspens après cette soudaine dénégation. Plus que dans l'aveu qui suit : "ma jeunesse est finie..." c'est dans le rythme entrecoupé du vers que l'on ressent tout le poids et toute latristesse de cette jeunesse envolée. En écho, le dernier vers du poème résonne comme une sentence plus implacable encore parce qu'il peut être lu hors de tout contexte comme une constatation définitive : "Le bonheur passait, - il a fui"

II - Une rencontre impossible : diversités temporelles.
a -Dans un premier temps, Le raccourci temporel à l'oeuvre dans ce dernier vers résume bien la temporalitéparticulière du poème. Le brusque passage de l'imparfait au passé composé (il délimite l'action et la parachève) conclut une série d'actions accomplies, douloureusement envisagées comme déjà finies : "elle a passé" "doux rayon qui m'a lui". Au passé simple, Nerval préfère le passé composé, moins littéraire, plus tangible, afin de donner l'impression d'un événement qui viendrait juste de se...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • «   Une allée du luxembourg » gérard de nerval
  • Commentaire Une allée du Luxembourg de De Nerval
  • L’odelette "dans une allée du luxembourg" de gérard de nerval
  • Commentaire littéraire de "fantaisie" de gérard de nerval
  • Poeme de nerval une allée du luxembourg
  • Une allée du luxembourg- nerval
  • Commentaire : une allée de luxembourg
  • Une allée du Luxembourg Eléments rédigés de commentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !