Commentaire voyage au bout de la nuit, céline

Pages: 7 (1543 mots) Publié le: 3 mars 2013
Commentaire littéraire :
Voyage au bout de la nuit, de Céline

Louis-Ferdinand Céline (1894 - 1961) est un médecin et écrivain français parmi les auteurs du XXème siècle les plus traduits et diffusés dans le monde, étant à ce jour perçu comme l'un des initiateurs de la littérature de son époque, au style novateur et très personnel.
Son œuvre la plus populaire, Voyage au bout de la nuit,volumineux roman publié en 1932 ; n'obtint pas à deux voies près le prestigieux prix Goncourt mais ne manqua gère le prix Renaudot, également très valorisant dans le milieu. Le personnage principal, Ferdinand Bardamu, y incarne en quelque sorte son « double littéraire », et découvre au fur et à mesure du roman le monde, ainsi que toutes les atrocités qui composent ce dernier.
Dans l'extrait quenous allons étudier, notre personnage évoqué ci-avant est situé en plein cœur d'un champ de bataille durant la Grande Guerre (1914-1918), observe et constate avec un profond dégoût et un effroi non dissimulés les horreurs de la guerre ainsi son absence de sens. Nous nous trouvons alors dans les tréfonds de ses réflexions quant à ses peurs et ses observations à propos de cet aspect dénué de tout sens,ubuesque qu’admet la guerre. Nous nous demanderons donc comment, par quels procédés, de quel manière l'auteur s'y prend-il pour dénoncer la dimension absurde de la guerre, ainsi que ses effrois.
Dans un premier temps, nous verrons que le narrateur se dépeint comme un homme apeuré, victime d’une angoisse des plus terribles, et sujet d’une relative désorientation psychologique et émotionnelle aucœur de la bataille désordonnée dans laquelle il est. Puis, nous aborderons la puissance numérique possédée par les armées, générant une fureur ahurissante, une foule assoiffée de destruction, de chaos et de mort. Pour finir, nous allons traiter de l’horreur ressentie et racontée par notre homme, tétanisé dans une armée de brutes en furie moins humaines même que des chiens. Nous parlerons aussi ducontraste imaginé par l’auteur entre Ferdinand Bardamu et cette armée grouillante dénuée d’humanité.

Tout d’abord, dans ce texte, nous nous trouvons en présence d’un homme extrêmement apeuré, dans un état de tension excessive, et totalement perdu dans cet imbroglio que forme la bataille.
En effet, émotionnellement très affecté, le narrateur se trouve dans cet extrait dans un état de confusionmentale due à l’effroi, comme en témoignent la question rhétorique « serais-je donc le seul lâche sur Terre ? » (l.11), où il se demande si lui-même est normal en comparaison de ses camarades qui semblent dénués de toute peur ; ainsi que l’exclamation « et avec quel effroi ! » (l.12), attestant sa terreur.
De plus, Ferdinand est perçu par le lecteur comme égaré, « perdu parmi deux millions de[combattants] » (l.12), pas à sa place au cœur de cette frénésie furieuse et guerrière environnante. Le nombre important de phrases exclamatives et interrogatives nous renseigne à propos de sa confusion intérieure face aux évènements qui l’entourent. Il ne suit plus grand-chose, son égarement parmi cette masse grouillante débordant de fureur et de haine sans jamais flancher du côté de la peurl’affecte profondément, la longueur de ses phrases se rétrécit au fil de l’extrait, la peur le tétanise, « [sa] frousse [devient] panique » (gradation l.6).

Ensuite, notre homme subit la pression du nombre, multitude gigantesque avide de destruction qui, malgré lui, le condamne à la suivre dans sa course.
En premier lieu, le nombre de soldats est très abondant, ils sont extrêmement nombreux, tel leprouvent la question rhétorique « qui savais combien ? » (l.5) ; la gradation qui fait réponse à celle-ci « Un, deux, plusieurs millions peut-être en tout ? » ; et la volumineuse énumération l.14 à 17 « Avec casques, sans casques, sans chevaux, sur motos, hurlants, en autos, sifflant, tirailleurs, comploteurs, volant, à genoux, creusant, se défilant, caracolant dans les sentiers, pétaradant...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Voyage au bout de la nuit de Céline (commentaire)
  • Commentaire voyage au bout de la nuit, céline
  • Commentaire celine; voyage au bout de la nuit
  • Commentaire sur voyage au bout de la nuit celine
  • Commentaire CELINE Voyage au bout de la Nuit
  • Commentaire "voyage au bout de la nuit" céline
  • Commentaire sur voyage au bout de la nuit celine
  • Commentaire composé voyage au bout de la nuit, de céline

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !