Commentaire d'arret sur les clauses léonines

2638 mots 11 pages
La prohibition des clauses léonines en droit des sociétés est régie par l'article 1844-1 du Code civil et consiste à réputer non écrite la clause visant à exclure un associé de sa vocation aux pertes ou aux bénéfices ou au contraire à lui en octroyer l'entier bénéfice. Elle a donné lieu en jurisprudence à un important contentieux relatif aux promesses unilatérales d'achat d'actions. En déclarant celles-ci léonines dans un premier temps (Cass, Com, 10 février 1981) puis en revirant sa jurisprudence ensuite avec l'arrêt Bowater en considérant que la prohibition posée par l'article 1844-1 ne visait que les clauses portant atteinte au pacte social, et excluait donc la convention « dont l'objet n'était autre, sauf fraude, que d'assurer, moyennant un prix librement convenu, la transmission de droits sociaux »., la chambre commerciale s'est à nouveau prononcée sur ce sujet dans un arrêt rendu le 22 février 2005.
En l’espèce, trois associés ont souscrit à une augmentation de capital. Concomitamment, par un acte du 14 septembre 1989, d'eux d'entre eux (M Y et Z), les promettants ont consenti au profit d'un troisième (M X), le bénéficiaire, une promesse d’achat , entre le 1er février et le 15 février 1993, des 22 600 actions souscrites par celui-ci, pour un prix minimum égal au prix de souscription augmenté d’un intérêt. Après avoir levé l’option dans le délai stipulé, ce dernier a assigné les deux premiers en exécution de leur promesse car s'y refusant amiablement. Pour rejeter cette demande, l’arrêt de la cour d’appel a retenu que la promesse d’achat émanant de MM.Y et Z (stipule en faveur de M.X la possibilité de lever l’option si les actions ont perdu toute valeur et de conserver ces actions dans le cas contraire dès lors qu’il n’est lié par aucune promesse de vente et que cette promesse d’achat, considérée isolément,) est donc léonine comme permettant à son bénéficiaire d’échapper aux dispositions de l’article 1844-1 du Code civil en vertu duquel la part de chaque

en relation

  • Arrêt bowater - clauses léonines
    1500 mots | 6 pages
  • L'affectio societatis
    2906 mots | 12 pages
  • Commentaire d’arrêt : c.cass, ch.com, 22 février 2005
    1793 mots | 8 pages
  • Cass. com, 22 février 2005
    2015 mots | 9 pages
  • Commentaire article 1832 du code civil
    2143 mots | 9 pages
  • droit des sociétés commerciales
    23110 mots | 93 pages
  • Droit des obligations : contrats
    12050 mots | 49 pages
  • Droit des societes
    37657 mots | 151 pages
  • Commentaire d'arrêt 7 mai 2008
    4192 mots | 17 pages
  • Cours droit commercial Bac+2
    4203 mots | 17 pages