Commentaire

Pages: 10 (2457 mots) Publié le: 27 janvier 2011
Il serait donc dans la nature de l’homme, de ses instincts ou de sa génétique, d’être avide, c’est-à-dire de vouloir tout avoir et d’être borné, c’est à dire d’être limité dans la conception de son vouloir. Il est aussi dans la nature de l’homme de « tout vouloir» et de « peu obtenir» (L. 9). Cette dernière caractéristique semble moins évidente, tout d’abord parce qu’elle est en contradictionavec les précédentes : si l’homme est fait pour tout vouloir, comment se fait-il qu’il n’obtienne pas ce qu’il désire?
Comme en compensation de cette nature mal dotée, l’homme « a reçu du ciel une force consolante» (L. 9); cette force a la propriété de rapprocher de l’homme « tout ce qu’il désire » (L.10) c’est-à-dire l’objet de son désir. Cette force soumet tout objet de désir à l’imagination:elle « le soumet à son imagination» (L. 10) c’est-à-dire qu’elle va présenter à l’imagination ce que l’on désire. Il s’agit semble-t-il de la capacité que nous avons de nous représenter quelque chose même en son absence. Cette capacité de représentation soumet ce que l’on se représente à notre imagination qui est de mettre en formes dans notre esprit ce que l’on désire. Ainsi on comprend que cetteforce venue du ciel est une capacité de représentation ou de figuration rendant « sensible » (L. 11) ce que l’on désire donc toucher les cinq sens.
Cette force consolante venue du ciel, c’est-à-dire de Dieu, est sans doute infinie, ce qui explique son adaptabilité à tous nos états intérieurs : notre «passion » (L. 13) est changeante don si elle est changeante, notre capacité à concevoir ce qui estabsent va s’adapter à notre nouvelle passion. On voit à ce propos combien l’homme selon Rousseau est un être dépendant de ce qui le passionne et de la nature. Or nous nous demandions tout à l’heure si l’homme était « avide et borné» (L. 8) en raison d’une malédiction divine ou d’une mauvaise dotation de la part de la nature. Après l’analyse du pouvoir de la force divine et consolante et de l’étatde dépendance dans lequel est plongé l’homme, en proie à ses désirs et ses passions, il semble assez clair que l’homme selon Rousseau est un handicapé de la nature.
Toutefois, il faut aussi se souvenir de la mise en garde d’une phrase du texte: « Malheur à qui n’a plus rien à désirer! », ce qui signifie que celui qui a tout, n’a donc plus rien à désirer et serait malheureux...
L’état de désirétait un état où il y avait que l’imagination devant l’objet même donc devant la réalité de l’objet auparavant désiré, « tout ce prestige disparaît» (L. 13). Ici le mot «prestige » est à mettre en rapport avec la prestidigitation, c’est-à-dire avec l’art de rendre réel ce qui ne l’est pas, autrement dit avec l’art du magicien. Et en effet, le pouvoir de la force d’origine divine associé à celui del’imagination était bien un pouvoir de la magie vu qu’ il nous faisait croire comme réel ce qui ne l’était pas. Rousseau amorce une explication à ce soudain retournement: « rien n’embellit plus cet objet aux yeux du possesseur» (L. 8). C’était donc le travail de l’imagination qui faisait toute la beauté (o rien n’embellit plus » L. 8) et, probablement, tout le véritable bonheur du désir. Ordevant l’objet réellement présent, il faut comprendre que l’imagination cesse son travail d’embellissement. Pourquoi ? Parce qu’on o ne se figure point ce qu’on voit)> (L. 8-9). Ce qui est directement placé sous les yeux n’est plus figuré, c’est-à-dire mis en images par l’imagination. Ce qui est directement présent n’apparaît que comme il est, ni plus ni moins. Ce qui au contraire est absent laissetoute la liberté à l’imagination pour produire des images conformes au désir. Si «on ne se figure point ce qu’on voit » (L. 8-9), on se figure, c’est-à-dire qu’on s’imagine comme il nous plaît, ce qu’on ne voit pas. Ainsi on comprend pourquoi, devant ce qui est présent, « l’imagination ne pare plus rien> (L. 9). L’état de désir était bien un état magique, un état d’ «illusion» (L.10). Mais cet...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !