Commentaire

312 mots 2 pages
Ce corpus est constitué de trois textes théâtraux écrits par des auteurs appartenant au XXème siècle et se rattachant au mouvement absurde. Le thème fédérateur des textes A et B est la communication impossible et le thème du texte 3 est le regret.
Ce thème est traité sous différents aspects. Chaque auteur propose sa vision à travers un style et une intention qui lui sont propres. Nous allons nous demander quels éléments sont susceptibles de surprendre un spectateur ou un lecteur habitué à une conception plus traditionnelle du théâtre ? (action, personnages, situation, langage...).
Nous verrons les convergences et les différences que sous entendent les documents du corpus.

On peut voir dans ses trois textes certaines différences et certaines convergences.
Le premier texte, extrait de « La comédie du langage » de Jean Tardieu en 1951, est un dialogue entre deux personnages. Le deuxième texte, extrait de « En attendant Godot » de Samuel Beckett en 1952, est aussi un dialogue entre deux personnages, ce qui n'est pas le cas du troisième texte de notre corpus qui a été tiré de « Rhinocéros » de Eugène Ionesco en 1959. C'est un monologue.

Certains éléments de ces trois textes peuvent étonnés les spectateurs ou les lecteurs, par exemple, dans le premier texte on ne sait absolument pas de quoi parle les deux personnages, leurs phrases n'ont pas de fin : « Du moins, je le … je,je,je...Enfin ! » « Mais au fait ? Puis-je vous demander où vous … ? ».
Dans ce texte, les didascalies ont une importance considérable, étant donnée que les phrases ne sont pas complète, et donc pas ne sont pas clair pour les spectateurs et les lecteurs. Les didascalies nous aident à imaginer la fin de chaque phrase.
« La comédie du langage » est un texte qui a marqué le théâtre absurde de part son originalité et par son innovation. C'est un texte

en relation

  • commentaire
    964 mots | 4 pages
  • Commentaire
    305 mots | 2 pages
  • Commentaire
    2024 mots | 9 pages
  • Commentaire
    2022 mots | 9 pages
  • Commentaire
    388 mots | 2 pages
  • Commentaire
    8528 mots | 35 pages
  • commentaire
    398 mots | 2 pages
  • Commentaire
    941 mots | 4 pages
  • Commentaires
    647 mots | 3 pages
  • commentaire
    442 mots | 2 pages