CommentaireDomjuan

4942 mots 20 pages
Problématiques possibles sur l’acte I scène 2 de Dom Juan :
♦ Quelle est la fonction de cette tirade ?
♦ Quel portrait de Dom Juan se dégage de cette tirade ?
♦ Dans quelle mesure l’éloge de l’inconstance de Dom Juan est-il paradoxal ?
♦ Dom Juan apparaît-il comme un personnage de comédie ou de tragédie ?
♦ Comment Dom Juan parvient-il à justifier le libertinage ?

I – La vision de l’amour de Dom Juan

Dans cette tirade, Dom Juan expose sa vision de l’amour. Après avoir vivement critiqué la fidélité (A), il fait l’éloge de l’inconstance (B) puis compare ses conquêtes amoureuses à des conquêtes militaires (C)

A – Une critique de la fidélité
Ce passage s’ouvre sur une vive critique de la fidélité.

La fidélité est dénoncée par Dom Juan comme un emprisonnement, une servitude volontaire. On relève des verbes faisant référence à la servitude et à la contrainte : « qu’on se lie », « qu’on renonce ».

La fidélité est une considérée comme une privation. C’est ce que révèle le vocabulaire à connotation négative et les phrases à la forme négative : « tu veux qu’on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu’on renonce au monde pour lui, et qu’on n’ait plus d’yeux pour personne ? »

Cette privation est d’autant plus insupportable qu’il s’agit d’une privation précoce comparée à une mort prématurée. On observe le champ lexical de la mort : « on renonce au monde », « s’ensevelir » « être mort dès sa jeunesse ».

L’antithèse dans cette dernière expression (« mort » et « jeunesse » sont rapprochés) met en relief le caractère insupportable et contre-nature de la fidélité.

B – Un éloge de l’inconstance
La doctrine amoureuse de Dom Juan se résume à cette phrase clé : « Tout le plaisir de l’amour est dans le changement ».

Le changement est l’essence même de l’amour, de la passion. Il ne peut y avoir d’amour sans nouveauté et sans multiplication des conquêtes car « lorsqu’on en est maître une fois, il n ‘y a plus rien à dire ni rien à souhaiter

en relation