Commissaire priseur

3209 mots 13 pages
Intro :
Pourquoi avoir choisi le métier de commissaire priseur. Tout d'abords, il faut savoir que je ne savais absolument rien sur le métier. En effet, nous connaissons tous le fonctionnement de la vente aux enchères grâce au média ou autre mais qui n'a jamais eu affaire avec cet homme derrière le marteau ne connait rien quant a sa pluralité de fonction.
Le droit me plait et en me guidant vers ces études, j'envisageais de faire une de ces professions très rependu de ce milieu. Emploi tel qu'avocat, notaire ou encore magistrat. C'était, du moins, les seules dont j'avais entendu parler. A mon arrivé à la faculté, je fus surprise d'apprendre que la palette de métier était bien plus large que mes préjugés.
Ainsi, j'ai choisi d'étudier la profession de commissaire priseur par simple curiosité personnel. En effet, j'ai pensé que ce Projet Professionnel pouvait être l'occasion de rendre mon avenir moins flou. Je fus agréablement surprise de voir qu'un métier aussi passionnant pouvant être accessible avec la filière que j'ai prise.

Dans les esprits, le commissaire priseur est l'homme qui se contente de donner un coup de marteau et d'affirmer audiblement l'expression "un, deux, trois, adjugé, vendu !". La vente aux enchères est en effet une des taches de la profession. Elle est cependant, une des moins importantes. Le métier de commissaire priseur s'étend au-delà. I) Le métier de commissaire priseur perçu de façon théorique

Avec la réforme de 2000, le métier de commissaire priseur s'est divisé en deux catégories. Par conséquent, il y a eu un grand nombre de changement. La réforme a créé d'une part le commissaire priseur judiciaire et d'autre part, le commissaire priseur habilité ou volontaire. Cette nouveauté a opéré dans de nombreux domaines. Sur le plan scolaire, l'apprentissage du métier s'est aussi divisé, tout comme la nature du travail de chacun d'eux. A) Un métier plurifonctionnel

Avant tout il faut savoir que le commissaire priseur

en relation

  • Commissaire priseur
    2855 mots | 12 pages
  • Dossier sur le métier de commissaire priseur
    2376 mots | 10 pages
  • Il Est Dit Souvent Que Le Droit Me Ne A Tout
    923 mots | 4 pages
  • Arrêt 1ère chbre civ. cours cassation, 7 avril 1998
    2856 mots | 12 pages
  • tttttttttttt
    274 mots | 2 pages
  • Commentaire arrêt cour de cassation chb civ 1ère, 15 novembre 2005
    1282 mots | 6 pages
  • Les néoclassiques
    4337 mots | 18 pages
  • Communication évènementielle
    4268 mots | 18 pages
  • INVENTAIRE SUCCESSORAL
    773 mots | 4 pages
  • L'offre et la demande
    291 mots | 2 pages