Comparaison Titus Andronicus et Lorenzaccio

965 mots 4 pages
L'influence de Titus Andronicus (Shakespeare) sur Musset

I- L'histoire, ses ressemblances et ses divergences d'avec Lorenzaccio

A- Résumé de l'intrigue La pièce est une tragédie sanglante qui a pour cadre l'empire romain au temps du déclin de sa puissance. Le sujet principal est la soif de vengeance de Tamora, la reine des Goths, contre le général romain Titus Andronicus. La pièce commence avec l'élection du nouvel empereur de Rome : Saturninus et son frère Bassianus revendiquent tous les deux le trône. Le général Titus Andronicus revient de guerre, en ramenant la reine des Goths et ses trois fils comme prisonniers. Le peuple appelle Titus comme empereur mais celui-ci les conduit à élire Saturninus. Le fils aîné de la reine est sacrifié malgré ses supplications par les fils de Titus, en honneur à leurs frères morts. La fille de Titus, Lavinia, est enlevée par Bassianus. Titus tue son plus jeune fils, Mutius, dans ce conflit. Titus est déshonoré par le nouvel empereur, qui épouse Tamora. Lors d'une partie de chasse, les deux fils de la reine, Chiron et Démétrius, tuent Bassianus et violent Lavinia, avant de lui couper la langue et les mains pour l'empêcher de révéler leur crime. Aaron, l'amant Maure de la reine, fait accuser les fils de Titus de la mort de Bassianus. Ils sont arrêtés, et pour les faire libérer Titus doit se couper une main, mais après qu'il l'ait fait, Aaron lui renvoie sa main avec les têtes de ses deux fils morts. Titus est au comble du malheur quand soudain il voit arriver sa fille. Il jure de se venger. Pendant ce temps, la reine a accouché d'un enfant noir : c'est celui d'Aaron qui pour sauver le secret et pouvoir garder l'enfant, tue une sage-femme et une nourrice. Après une tentative d'empoisonnement, la capture d'Aaron par le dernier fils de Titus et l'échec d'un stratagème de persuasion,Titus parvient à tuer les deux fils de Tamora ; il broie leurs membres pour les mettre dans une tourte et qu'il donne à manger à

en relation

  • One good turn, a jolly murder mystery
    80803 mots | 324 pages