conclusion

628 mots 3 pages
1. LA GENESE DU MOUVEMENT DE LA NEGRITUDE
Le mouvement de la Négritude fut le fait d’une poignée d’étudiants et d’intellectuels noirs vivant à Paris et nourris des œuvres des écrivains négro-américains. [2]
1.1. De Harlem au Quartier Latin
« La Négro Renaissance » est un mouvement littéraire né à Harlem (quartier noir de New York aux USA) qui se fait l’écho des vaines tentatives des intellectuels noirs d’être « intégrés », « assimilés », de l’injustice du sort qui pèse sur le Noir américain, de la peine et de la colère qui bouillonnent dans son âme, de la dénonciation des faits et des idées au moyen desquels on l’opprime. Le premier à avoir pensé la Négritude dans sa totalité et sa spécificité fut W.E.B. Du Bois dont le livre, Ames noires, paru en 1903, dénonçait la situation scandaleuse faite aux Noirs des Etats-Unis. Penseur et homme d’action, Du Bois montrait la nécessité d’effacer de l’esprit des Blancs et des Noirs l’image stéréotypée du Nègre sous - homme, taré et inconscient, et en fondant l’Association Nationale des Gens de Couleur (dont il dirigea la revue The Crisis), il jetait les bases d’une action politique susceptible d’infléchir les options du gouvernement américain.
« Véritable père de la Négritude », selon Lilyan Kesteloot [3], W.E.B. Du Bois influença profondément Léopold Sédar Senghor et ses amis par l’intermédiaire de Marcus Garvey et surtout de la Négro Renaissance. Senghor lui-même écrit :
« Au Quartier Latin, dans les années 30, nous étions sensibles, par-dessus tout, aux idées et à l’action de la Négro Renaissance dont nous rencontrions à Paris quelques-uns des représentants les plus dynamiques ... Pour moi, je lisais régulièrement The Crisis ... mais aussi The journal of Negro History qui consacrait de nombreux articles à la connaissance de l’Afrique. Mais mon livre de chevet, c’était The New Negro. (...) Les poètes de la négro renaissance qui nous influencèrent le plus sont Langston Hughes, Claude Mac Kay, Jean Toomer, James Weydon

en relation

  • Conclusion
    682 mots | 3 pages
  • Conclusion
    301 mots | 2 pages
  • Conclusion
    313 mots | 2 pages
  • Conclusion
    302 mots | 2 pages
  • conclusion
    349 mots | 2 pages
  • Conclusion
    468 mots | 2 pages
  • Conclusion
    356 mots | 2 pages
  • Conclusion
    877 mots | 4 pages
  • Conclusion
    357 mots | 2 pages
  • Conclusion
    1984 mots | 8 pages