Connaissance du monde cotemporain

6694 mots 27 pages
Avertissement
J’ai préféré reprendre les principaux points déjà abordés lors des cours passés, très résumés, avant de détailler la fin du premier chapitre (à partir du IV).
On ne s’étonnera pas d’un style télégraphique et de fautes ponctuelles de frappe.

Chapitre 1 De la première à la seconde « révolution industrielle »

Le terme de « révolution industrielle » apparaît à la fin des années 1880 :
1884 Arnold Toynbee publie son cours destiné aux futurs administrateurs des Indes britanniques : « lecture sur la révolution industrielle ».
Rev ind difficile à dater : pas de date précise, a duré des décennies.
C’est pourquoi certains auteurs parlent d’« industrialisation ».
En fait, deux idées avec les termes de révolution industrielle et d’industrialisation = processus lent et long mais aussi « fait sans précédent et irréversible » : aucun retour en arrière possible.
La révolution industrielle souligne l’aptitude à l’innovation à la croissance ; quelque chose de nouveau s’est produit ; c’est un choc économique et social.

Une ou des rév ? On observe deux grandes phases de mutations technologiques au XIXe siècle, deux « révolutions » qui s’enchaînent sans se contredire. La seconde révolution prolonge la première en en dépassant les blocages.

On va commencer par réfléchir à ce qu’est une « révolution industrielle » avant d’analyser la nature des deux « révolutions » successives.

1 Qu’est-ce que la révolution industrielle ?

Ce n’est pas naissance de l’industrie ni des machines. Au sens de secteur secondaire (activités de transformation des matières premières). Existence d’un secteur « industriel » autonome, distinct de agriculture (on ne produit pas pour soi-même) et destiné au marché remonte au MA. Artisanat se dvpe dans les villes, en marge du système seigneurial.

La révolution industrielle ce n’est pas non plus une « croissance » industrielle qui aurait succédé à un état préalable de stagnation.
Il y a avant la révolution industrielle une

en relation

  • L'influence de la littérature sur la vie réelle
    24804 mots | 100 pages