Conscience

4538 mots 19 pages
Sommes-nous maîtres de nos paroles ? Un maître, c’est celui qui domine un être, une chose, une situation ou un domaine. Le maître, c’est celui commande, qui décide ou domine un sujet par sa connaissance théorique ou pratique. Il a le contrôle par son pouvoir ou par son savoir. Rien ne lui échappe, ni ne lui résiste. Il ne subit pas, il est au dessus en position de supériorité, de contrôle. En ce qui concerne la parole, il semble que l’on puisse être maître de nos paroles, car, si le langage est une faculté commune à tous les hommes et même à tous les êtres, si une langue est propre à une communauté, la parole , elle, est individuelle. La parole, c’est l’usage individuel d’une langue commune dans le cadre d’une capacité de langage, elle , universelle. Ma parole est donc mienne, c’est moi qui décide de la prendre, de lui faire dire ce que je veux, de la donner, d’y renoncer pour le silence, etc… Cela est en général vrai, mais être maître de ses paroles, ce n’est pas seulement être libre de prendre ou pas la parole, être maître de son débit verbal, c’est aussi parvenir à l’expression juste de ce que l’on veut dire, la maîtrise ne concerne pas seulement le contenant et son articulation, mais aussi le contenu et sa signification pour l’autre. Or il arrive que nous disions plus ou moins que ce que nous voulions dire, emporté par l’émotion ou ne trouvant pas le mots adéquat. Aussi peut-on se demander si nous sommes maîtres de nos paroles . Poser cette question, c’est présupposer au travers du verbe « être » que la maîtrise de la parole est un état ou pas, cela exclut l’idée que cette maîtrise pourrait être à conquérir et que nous ayons à devenir maîtres. C’est donc du problème du rapport de l’homme à sa parole et aux mots dont nous allons traiter en nous demandant si nous ne sommes pas décideurs de nos paroles, si pour autant nous en avons une entière maîtrise et si nous n’avons pas plutôt à nous rendre maîtres de nos paroles. Nous ne pouvons pas cesser de

en relation

  • La conscience
    5115 mots | 21 pages
  • Conscience
    4514 mots | 19 pages
  • Conscience
    1304 mots | 6 pages
  • Conscience
    2463 mots | 10 pages
  • Conscience de soi
    1982 mots | 8 pages
  • Conscience
    1730 mots | 7 pages
  • La conscience
    5136 mots | 21 pages
  • La conscience
    651 mots | 3 pages
  • Conscience
    1399 mots | 6 pages
  • Conscience
    1236 mots | 5 pages