Constitutionnel

1807 mots 8 pages
Le 5 mai, le roi ouvre les États généraux. Son discours met en garde contre tout esprit d'innovation. Necker parle pendant trois longues heures, mais uniquement de questions financières. Aucune évocation des réformes politiques tant attendues n'est faite. Le pouvoir ne prend pas clairement position sur la question du vote par ordre ou par tête alors que les membres du tiers état se disaient mal représentés. Les ordres privilégiés prennent parti pour le vote par ordre. Le tiers état s'engage alors dans un processus de résistance en refusant de se réunir séparément des deux autres ordres. Au bout d'un mois de discussions et d'attente, le tiers état se décide à prendre l'initiative de vérifier les pouvoirs des députés par bailliage et sénéchaussée et non par ordre. Le 13 juin, trois curés répondent à l'appel. Le 16, ils sont dix.

Le Serment du Jeu de Paume par Jacques-Louis David Dans un grand enthousiasme, ils prononcent le serment du jeu de paume. Ils s’engagent à ne pas se séparer avant d’avoir donné une Constitution écrite à la France. 17 juin 1789 : Naissance de l’Assemblée nationale Louis XVI avait été dans l'obligation de réunir les états généraux le 8 août 1788 pour tenter de sauver la France de la faillite. En effet, la dette de l'état était si importante que plus aucun créancier ne voulait lui prêter de l'argent. L'ouverture, prévue le 27 avril 1789, fut finalement reportée au 5 mai. Tradition venue du Moyen Âge, les états généraux étaient composés des trois ordres composant la société : clergé, noblesse et tiers-état. Les députés composant ce dernier ordre n'avaient aucun privilège contrairement aux deux autres, et étaient issus de la bourgeoisie, la majorité était composée d'avocats. L'injustice régnait dans le pays avec les nobles et les évêques qui profitaient de Le 5 mai, les 1139 députés sont réunis dans la salle des menus plaisirs pour la première véritable séance des Etats Généraux. Tous attendent le discours de Louis XVI qui

en relation

  • Constitutionnel
    14088 mots | 57 pages
  • CONSTITUTIONNEL
    43093 mots | 173 pages
  • Constitutionnel
    31311 mots | 126 pages
  • Constitutionnel
    417 mots | 2 pages
  • Constitutionnelle
    661 mots | 3 pages
  • Droit constitutionnel : la révision constitutionnelle
    2652 mots | 11 pages
  • Le juge constitutionnel et les révisions constitutionnels
    439 mots | 2 pages
  • Droit constitutionnel : La justice constitutionnelle en France => Le procès constitutionnel
    1172 mots | 5 pages
  • Droit constitutionnel
    1226 mots | 5 pages
  • Le conseil constitutionnel
    1397 mots | 6 pages