Cornelius castoriadis. réinventer l’autonomie

Pages: 7 (1697 mots) Publié le: 15 mars 2013
Cornelius Castoriadis. Réinventer l’autonomie
Jean-Louis Prat
Paris, Editions du Sandre, 2008, 294 pages, 31 euros.
Ce colloque, où se sont retrouvés, du 1er au 3 mars 2007, de nombreux connaisseurs, aussi savants que passionnés par la pensée de Cornelius Castoriadis, nous embarrasse par la trop grande richesse de contributions auxquelles un résumé ne peut rendre justice. Qui pourrait rendrecompte, dans une brève recension, de la subtilité des rapports qu’analysent, entre Castoriadis et des penseurs tels que Hannah Arendt, Horkheimer, Adorno, Illich ou Habermas, les commentateurs minutieux qui nous ont présenté l’état de la question (Jean-Claude Poizat, Laurent Van Eynde, Serge Latouche, Philippe Caumières) ? Par leur technicité, les textes de Pierre Dumesnil et de Sion Elbaz, quiinterrogent Castoriadis sur la topologie et la logique mathématique, se prêtent mal au commentaire. Quant aux textes philosophiques inédits, rédigés par Castoriadis à l’époque de Socialisme ou Barbarie, et dont Nicolas Poirier prépare une édition, que pouvons-nous en dire, si ce n’est l’impatience avec laquelle nous attendons cette publication, qui va bouleverser la bipartition schématique d’uneoeuvre que l’on scinde en écrits de jeunesse, voués au militantisme et à la politique, et recherches philosophiques, réservées à un âge mûr ?
Accablé par cette richesse, nous avons cru trouver un bon fil conducteur dans le discours de l’adversaire, que Daniel Bensaïd assumait à lui seul. Défenseur d’un marxisme qui fut "codifié sous Staline en doctrine d’Etat", et qui était "devenu l’idéologie de labureaucratie, en URSS comme dans les partis communistes stalinisés", Bensaïd rappelle à bon droit que la pensée marxiste ne peut être réduite au marxisme officiel. Castoriadis, dit-il, "manie la catégorie du marxisme au singulier comme un gros concept fourre-tout [p. 255]". De sorte que, pour lui, les reproches "adressés au marxisme en général portent en réalité sur son interprétation dominante",et finissent par apparaître "comme autant d’énormités à la limite du contresens ou de la falsification pure et simple [p. 257]".
De Marx et du marxisme
Revenant du marxisme aux écrits fondateurs de Marx et d’Engels, il soutient que ceux-ci "ont rompu catégoriquement et sans retour avec les philosophies spéculatives de l’histoire universelle" : rupture que confirme "la lecture des écritspolitiques de Marx, notamment de la trilogie sur les luttes des classes en France, dans lesquels l’idéologie, la représentation, l’imaginaire théâtral, jouent un rôle de premier plan" [p. 257]. Mais croit-il, ou feint-il de croire, que Castoriadis mette en doute la finesse et la profondeur des analyses marxiennes ? Avant de rompre avec le marxisme, Socialisme ou Barbarie donnait un bon exemple de critiquemarxiste - dont Patrick Massa montre justement les mérites. Mais lorsque le marxisme se durcit en doctrine, il faut bien lui appliquer le traitement que Marx applique à toute théorie, dont la signification "ne peut pas être comprise indépendamment de la pratique historique et sociale à laquelle elle correspond, en laquelle elle se prolonge ou qu’elle sert à recouvrir". Lorsque, dit Castoriadis,nul n’oserait prétendre "que le vrai et le seul sens du christianisme est celui que restitue une lecture épurée des Evangiles", "la fidélité à Marx qui met entre parenthèses le sort historique du marxisme n’est pas moins risible. Elle est même pire, car pour un chrétien la révélation de l’Evangile a un fondement transcendant et une vérité intemporelle, qu’aucune théorie ne saurait posséder aux yeuxd’un marxiste [L’institution imaginaire de la société, p. 14]".

Bien qu’il traite Castoriadis comme un mauvais élève qui aurait commis des "contresens" sur la pensée de Marx, Bensaïd veut bien lui accorder que son article de 1974 "De Marx à Aristote, et d’Aristote à nous" [CL1 : Les carrefours du labyrinthe, 1, pp. 325-413] "soulève un problème majeur concernant la question de l’égalité et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cornelius castoriadis et la sociologie
  • Castoriadis
  • L'autonomie
  • L'autonomie
  • L'autonomie
  • L'autonomie
  • Cornelius krieghoff
  • L'autonomie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !