CORPUS SUR LE BONHEUR

800 mots 4 pages
Le corpus est composé de trois textes , le premier extrait des Caractères de La Bruyère, moraliste

du XVIIème siècle, le deuxième extrait du Neveu de Rameau de Diderot, écrivain et philosophe du siècle

des Lumières, et le troisième extrait des Eléments de philosophie d’Alain , philosophe du XXème siècle. En

quoi la conception du bonheur par l'homme constitue un enjeu commun à ces trois textes et par quelles

stratégies argumentatives est il abordé ? Nous allons d'abord aborder la conception d'un bonheur

accompagné de peines, puis celle d'un bonheur aux dimension collectives, et enfin une vision du bonheur

individuelle, personnelle. Nous étudierons, pour chaque partie, les différentes stratégies argumentatives

adoptées par les auteurs.

Ces trois textes présentent de manière indéniable une visée commune, celle de la conception de

bonheur, qui est abordée de plusieurs manières à travers les textes. D'abord, il y a le bonheur qui n'existe

qu'accompagné de peines : « il est essentiel à tout ce qui est un bien d'être acheté par mille peines » (La

bruyère, l.2). Chez Alain, le bonheur découle des efforts accomplis dans sa quête : « il n'est point de chose

qui ne plaise, si on la fait. » (l.9). Le bonheur est ainsi acquis « en acte » (l.8), et non offert. Lorsqu'il est

offert, reçu sans effort, il relève seulement du « plaisir » (l.15), voire de l' « ennui » (l.13) pour Alain, et

chez La bruyère, « une affaire qui se rend facile devient suspecte » (l.2­3)

La présence récurrente du pronom « on » dans les deux textes, prouve la volonté des deux auteurs

de généraliser les idées qu'ils appuient : «on comprend» ; «on croit » ; « on doive » (La bruyère, l.3, l.5 et

l.4) ; « on la reçoit » ; « on la fait » ; « on la cherche » (Alain, l.9 et l.11). Dans Les Caractères, qui

appartient au genre de la Maxime, l'emploi du présent de vérité générale accentue cette généralisation.

Alain, lui, choisit de faire référence à Aristote

en relation