Corpus

271 mots 2 pages
Les différents effets produit sur le lecteur sont que, dans chaque texte, les auteurs parlent d'une langue, comme dans le texte A de Jean de Léry qui explique son séjour au Brésil et il évoque ici sa première rencontre avec des habitants du pays, les Tououpinambaoults. Et dans ce texte le lecteur pense que les Tououpinambaoults sont des personnes illettrés et qui ne pouvait pas prononcer des mots comme des prénoms : « Pierre, Guillaume ou Jean » « Au lieu de dire Jean ils disaient Nian ». Donc Jean de Léry leur dirent que son nom était Léry-Ousson qui veut dire dans leur langue « grosse huitre » ;
Dans le texte B de Voltaire, qui explique qu'un homme « l'Ingénu », un Huron débarquait en basse-Bretagne, est était recueillit par une famille catholique, Les Kerkabon. L'ingénu savait très bien parler français donc le lecteur peut penser que pour cet homme, ,le français, était la plus belle de toute les langues mais en faite pour l'ingénu la langue qui lui plaisait le plus était la huronne .
Dans le texte de Jean-Christophe Rufin à l'inverse du texte A l'auteur pense que les indiens sont en quelque sorte pas très intelligent mais dans le texte c'est plutôt l'inverse de cela car les indiens parlent aux français et ceux ci répètent aux baltes pour faire croire qu'il avait compris quelque chose, mais alors les indiens se mirent à rire car il montrait que les français n'avaient aucune intelligence. Les auteurs de ces textes montrent que la langue française est bien trop compliqué pour les étrangers.
Dans chaque texte, les auteurs se moquent en quelque sorte de la langue

en relation

  • Corpus
    872 mots | 4 pages
  • le corpus
    2750 mots | 11 pages
  • corpus
    1926 mots | 8 pages
  • Corpus
    1281 mots | 6 pages
  • Corpus
    1531 mots | 7 pages
  • Corpus
    4641 mots | 19 pages
  • Le Corpus
    438 mots | 2 pages
  • Corpus
    465 mots | 2 pages
  • Corpus
    1092 mots | 5 pages
  • le corpus
    1007 mots | 5 pages