Coudenhove kalergi - l’europe et le mouvement paneurope à la veille de la deuxième guerre mondiale

857 mots 4 pages
L’Europe et le mouvement Paneurope à la veille de la deuxième guerre mondiale

C’est sa volonté inébranlable d’empêcher une nouvelle guerre qui poussa le Comte Richard de Coudenhove-Kalergi à préférer une vie active d’homme politique à une existence paisible de philosophe. Coudenhove consacra toute sa vie au projet Paneurope, qui ambitionnait d’unir tous les Etats démocratiques d’Europe en une fédération sur le modèle des Etats-Unis d’Amérique. L’idée était que l’Europe pourrait ainsi parvenir à une paix durable, soutenir la concurrence de la puissance économique américaine en plein essor et faire face à la menace idéologique représentée par l’Union soviétique.

L’année 1923 vit la parution de l’essai de 168 pages intitulés Paneurope qui devait être traduit dans presque toutes les langues du monde, marquant le point de départ du mouvement Paneurope lancée la même année. Coudenhove réussit à convaincre le chancelier fédéral autrichien Ignaz Seipel d’assurer la présidence de Paneurope, tandis que Karl Renner devenait vice-président du mouvement. En 1925, avec le soutient du gouvernement fédéral autrichien, le bureau central du mouvement Paneurope fut établi à la Hofburg de Vienne d’où il entretint des contacts avec les secrétariats paneuropéens établis dans presque toutes les capitales européennes. D’autres moyens furent mis en œuvre pour faire connaître le mouvement Paneurope comme l’organisation de congrès, la publication d’une revue mensuelle ou encore la distribution d’épingles, de cravates et de foulards arborant l’emblème de Paneurope – une croix rouge sur fond doré.

Le premier congrès de Paneurope eut lieu en octobre 1926 à Vienne. 2 000 personnes y participèrent, mais peu d’entre elles étaient des hommes politiques de terrain. Quelques hommes d’Etats Européens se firent représenter par leur ambassadeur, d’autres se contentèrent de transmettre leurs bons vœux au mouvement. A l’issue de ce congrès, Aristide Briand, ministre français des affaires

en relation

  • L'ue en bref
    20257 mots | 82 pages
  • histoire d'europe
    49320 mots | 198 pages
  • Institutions européennes
    16708 mots | 67 pages