Cour ses

274 mots 2 pages
CHAPITRE : 3 Contrôle social et déviance

pages 230/231

Le groupe apparé comme déviant par rapport à la société globale. Ce n'est pas un groupe délinquant. La déviance est une construction sociale. Il y a une grande variabilité dans l'adhésion aux normes ainsi certain comportement peuvent apparaître bizarre. La société va imposer un certain nombres de contrôle (contrôle social), ils permettent de maintenir une cohésion sociale. C'est à dire une relation stable entre les individus. Le contrôle social peut prendre diverse formes et maintenant celui le plus utilisé est la technologie.

I- Un contrôle social de plus en plus formel et mis en œuvre par des instances spécialisées.

A: Le contrôle social prend diverses formes.

Le contrôle social : ensemble des moyen dont dispose une société pour amener ces membre à respecter les règles afin que la cohésion sociale soit maintenue.

Doc 2 page 232

Un contrôle formel est une procédure formalisé.
Un contrôle informel s'exerce par le biais de pression de la part de l'entourage.
Contrôle informel : groupe primaire (famille ; amis),répétition des normes, mise en place de sanctions. Il y a des normes vestimentaire, culturel et le fait de ne pas les respecté contribue à l'exclusion (ou auto-exclusion) des groupes.
Contrôle formel : se fait à l'école à travers le règlement intérieur, l'adhésion au projet scolaire (sanction lors du conseil de classe). Il y a aussi la police (contrôle d'identité), la justice,les entreprises.

Doc 3 page 233
Nécessité de conseillé les intérêts individuelle et globaux, donc il faut un contrôle social.

B- Les évolution dans la mise en œuvre du contrôle social.

1)Un contrôle social de plus en plus formel.

en relation

  • Cour
    292 mots | 2 pages
  • Cour
    10584 mots | 43 pages
  • la cour
    3727 mots | 15 pages
  • La cour
    1169 mots | 5 pages
  • Cour
    4013 mots | 17 pages
  • Cour
    1057 mots | 5 pages
  • Cour
    14678 mots | 59 pages
  • Cour
    21040 mots | 85 pages
  • cour
    22118 mots | 89 pages
  • Cour
    28717 mots | 115 pages