Cours 12 Action Painting Automatisme Quebecois Plan

258 mots 2 pages
L’expressionnisme abstrait (action painting) aux États-Unis (1945-1960)

1. Contexte sociohistorique

Après la deuxième guerre mondiale.
Leadership des mouvements aux États-Unis = New York (patrie de rêve)

Mouvement dominant le domaine des arts = le surréaliste. (Influence)

« Il faut tenir pour certain que dans l’impression finalement obtenue, l’image, quel qu’en soit le contenue, sera une tension. » - Harold Rosenberg

Action painting : courant pictural américain

Les peintres action painting privilégient l’exécution et le procédé, mettent en avant l’acte même de peindre, l’énergie investie dans le geste pictural : l’action painting est une peinture d’ « instinct » à la gestualité spontanée.

2. L’expressionnisme abstrait ou action painting (États-Unis, années 40-50)

« Touche » – façon de peindre : Spontannée, dripping (giclures, splash)
Texture :
Format : Grand format, toile au sol
Composition :
Sujet/thème :

3. Caractéristiques

L’automatisme québécois (1942-1955)

1.Contexte sociohistorique

Toujours l’après-guerre.
Mouvement d’industrialisation, phénomène d’urbanisation.
Main dans la main avec le clergé.

Grande noirceur.

Nouvelle société de consommation.

Académie VS moderne
Peinture religieuse règne

2. Caractéristiques de l’Automatisme

Paul-Émile = professeur de l’école du meuble.

Type de création sans idée préconçue, art spontannée, liberté de création et d’exécution.

Influence surréaliste.

C’est un art abstrait. Abstraction = liberté. (selon eux)

Titre donné après.

Mouvement qui a dabord touché les arts visuels et finalement d’autres domaines.

3. Suites du mouvement automatiste

Commun avec expressionnisme (période, format, liberté d’exécution)

Publication de l’écrit refus global = Manifeste = défini la vision artistique et politique = revendique la liberté d’exécution dans l’art.

Riopelle

Rencontre Joan Mitchell (peintre) mais vont se quitter.

Peinture populaire (fin de sa vie) avec

en relation

  • Identité et multiculturalisme
    73325 mots | 294 pages