Crise en quelques mots

Pages: 52 (12760 mots) Publié le: 28 septembre 2012
Stéphane B.

La Crise en quelques mots

InLibroVeritas

1

© Stéphane B. – 2010 La crise en quelques mots http://lacrimots.free.fr
Cette œuvre est diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND Vous pouvez la partager librement à condition de ne pas la modifier et de n’en faire aucune utilisation commerciale.

2

à Jean

3

4

Banqueroute argentine, bulle internet, crisedes subprimes, aujourd’hui… La crise semble décidément très tendance en ce début de 21ème siècle. Pour s’épargner la crise d’angoisse que peut légitimement susciter l’évocation de ce sujet, quoi de mieux que de l’évoquer encore en essayant d’en appréhender toujours davantage les rouages, voire la “conception”. Alors, en toute simplicité, effeuillons donc cette crise des nombreuses épithètes qui laparent habituellement. Démontons le si fameux scénario : la crise financière qui provoque la crise économique, qui entraîne la crise sociale, qui fait elle-même planer le risque d’une crise politique…

5

6

Crise financière
Il était une fois…
Au début, le 15 Septembre 2008, une grande banque, Lehman Brothers, née en 1850 et devenue un acteur majeur du marché, fait faillite. A en croirebeaucoup de commentateurs, on pourrait presque commencer l’histoire ainsi. Pourtant, serait-il raisonnable d’imaginer que la chute d’un seul acteur, fusse-t-il majeur, puisse engendrer un tel chaos. Bien que la seule appellation de “too big too fall” prêtée à certaines sociétés de notre système économique nous renseigne sur la fragilité de cet édifice, il n’en reste pas moins vrai que de vouloircomprendre la crise financière en stigmatisant quelques moutons noirs reviendrait à appréhender le banditisme en cherchant quelques braqueurs dans un coffre forcé, plutôt que de remonter ses filières.

7

Et puis, la crise des subprimes est encore dans les mémoires, et on se doute bien que cet événement n’est pas sans rapport avec notre actualité. Si, là encore, cet incident ne suffit pas àexpliquer totalement la situation, il en est en revanche une composante particulièrement révélatrice de la nature du mal.

Le cas d’école : les subprimes…
Les subprimes constituent une catégorie de prêts hypothécaires, à taux variables, alloués à des populations à faibles ressources, leur permettant d’accéder à la propriété. L’évolution du marché immobilier américain (+175% entre 2000 et 2006dans certaines villes) a même permis à certains de ces nouveaux acquéreurs, largement encouragés par les banques, d’enchaîner les achats/reventes, se servant des plus values ainsi réalisées pour racheter plus grand, plus beau, plus cher… et contribuant en conséquence à la bonne tenue du marché. Jusqu’au jour où, en 2007, ce cercle vertueux devint vicieux. Les évolutions des taux d’intérêts ont amenébon nombre de ces propriétaires a être confrontés à des échéances auxquelles ils ne pouvaient faire face. Impossible donc de continuer la
8

cavalerie et les “perdants” se sont trouvés contraints de vendre ou ont été expulsés. Ainsi, le marché s’est retourné… c’est ce qu’on a appelé l’éclatement de la bulle immobilière américaine… jetant à la rue plusieurs millions d’américains. Ah cesAméricains… une crise qui ne devait pas toucher la France, entendait-on à l’époque, les banques nationales étant solides. Sauf que le développement de l’ingénierie financière a permis aux banques américaines proposant ce type de crédits de revendre ces créances sur le marché, une astuce nommée “titrisation”. Ainsi, ces produits, rémunérateurs du fait du risque associé à la faible solvabilité desemprunteurs, se sont retrouvés dispatchés dans les portefeuilles boursiers du monde entier, la cupidité n’étant le privilège d’aucun pays. Et, compte tenu de l’enveloppe ainsi titrisée, beaucoup d’acteurs se sont découverts porteurs de titres douteux, voire “pourris” ou “toxiques” selon l’appellation officielle… et tout le monde a commencé à douter, y compris ceux qui se déclaraient solides. Les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Moi en quelque mots
  • Quelques mots de vocabulaire en philo
  • Le constitutionnalisme en quelques mots
  • Le management en quelques mots
  • Tata motors en quelques mots
  • Le marketing direct, un concept en quelques mots
  • Quelques mots de l'auteur, gilles lipovetsky
  • Du contraste, de l'èspoire, de la vèrtue

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !